Les œuvres les plus controversées de Salvador Dalí

Publié par Jerome le janvier 15, 2019 | Maj le janvier 15, 2019

Salvador Dalí est l’un des peintres les plus controversés et extravagants de l’histoire de l’art. Son histoire particulière a commencé quand il était enfant, quand il croyait qu’il faisait partie de son frère défunt appelé Sauveur. Mais cette figure fantomatique qui l’accompagnait toujours devint aussi une impulsion pour faire ressortir le génie en lui. Il est devenu un marqueur fidèle de sa personnalité, excentrique, vif, risqué, toujours en quête d’attention, dans lequel les autres, pour un instant, se tournent pour le voir.

Les oeuvres controversées de Salvador Dalí

Il écrit dans son autobiographie : ” Pour me débarrasser de mon frère mort, j’ai dû jouer au génie en me convainquant à chaque instant que je n’étais pas l’autre, que je n’étais pas mort. J’ai donc dû faire toutes sortes d’excentricités.

Dès son plus jeune âge, il commence à peindre, d’abord des natures mortes et des œuvres qu’il copie d’autres grands artistes mais peu à peu, ses œuvres commencent à prendre sa personnalité, améliorant sa technique de dessin et de peinture. A l’âge de 16 ans, il planifie sa gloire : entrer à l’école de peinture, sculpture et dessin de Madrid, gagner un prix et continuer ses études en Italie. Avant de se rendre à Madrid, il a présenté huit de ses tableaux, que la presse locale a qualifiés de ” talent exceptionnel sur la voie du succès “.

Arrivé à l’École des Beaux-Arts, il rencontre Luis Buñuel et Federico García Lorca. C’était un solitaire, qui détestait les techniques de ses professeurs pour leur enseigner la peinture, coincé dans l’impressionnisme, sans fermer les yeux sur le cubisme, un nouveau courant qu’il admirait profondément. Il portait un chapeau à large bord et une cape, mais soudain, quand ses compagnons ont réalisé son intérêt pour le cubisme et les informations qu’il possédait sur l’avant-garde française, il a commencé à être admiré. Il s’est coupé les cheveux, a acheté le costume le plus cher au magasin de mode, a fréquenté les bars et les restaurants et a été expulsé de l’Académie.

Il visita Picasso en état de choc après l’avoir admiré pendant des années, mais sa vénération ne dura que peu de temps. Lorca et lui devinrent de grands amis, ils s’écrivirent des lettres l’un à l’autre ; ils semblaient avoir une histoire d’amour. Luis Buñuel est aussi devenu son ami, son partenaire et avec lui il a travaillé sur plusieurs films comme Un Perro Andaluz, avec une touche onirique et symbolique qui les a placés comme de grands représentants du surréalisme. De grands phallus et seins, des jeux d’optique dans ses tableaux, des gens souffrant et jouissant d’un univers lointain et désertique où rien ne semble avoir de sens, étaient dans presque tous ses tableaux.

Nous présentons ses peintures les plus controversées et les plus controversées.

La edad de oro

Après avoir réalisé Un chien andalou avec Luis Buñuel, le vicomte Charles de Noailles et son épouse Marie-Laure leur proposent de faire un autre film, un film sonore. Sa contribution n’apparaît pas dans la production, mais il s’est impliqué intellectuellement et a communiqué ses idées par écrit à Buñuel. Dalí a dit à Buñuel : “Je veux beaucoup d’archevêques, d’os, de gardiens. Je veux avant tout des archevêques avec des onglets brodés qui se baignent dans les cataclysmes rocheux du Cap Creus”. Lors de la première projection du film, Gertrude Stein, Picasso, Duchamp, Duchamp, Malraux et Man Ray étaient présents ; au début de la projection, la plupart des invités ont fui le tournage. Cinq jours plus tard, des membres d’une organisation antisémite d’extrême droite ont attaqué le cinéma, et une semaine plus tard, le film a été interdit en France pendant 50 ans.

El Enigma de Guillermo Tell

Lorsqu’il expose ce tableau au Salon des Indépendants au début de 1934, un scandale éclate. Le tableau a été interprété comme une parodie de Lénine. Breton appelle les surréalistes à exclure Dalí, à qui il leur dit ” qu’il s’est rendu coupable à plusieurs reprises d’actes anti-révolutionnaires tendant à glorifier le fascisme hitlérien “. Dalí arriva à la réunion excentrique comme toujours, arguant qu’il se sentait malade. Il se mettait un thermomètre dans la bouche et lui parlait tout le temps. Il s’est défendu contre les accusations de Breton et a dit qu’aucune crainte ne devrait être censurée. “André Breton, si je rêve ce soir de faire l’amour avec toi, demain matin je peindrai nos meilleures postures amoureuses avec tout le luxe des détails”. Il finit son acte en montrant son torse nu agenouillé sur le tapis et jurant solennellement qu’il n’est pas un ennemi du prolétariat.

El enigma de Hitler

Après avoir eu cette discussion avec les surréalistes, Dalí a décidé de peindre un autre tableau controversé avec un thème politique, comme des tableaux avec des thèmes historiques. Dans ce cas, il a décidé de le faire sur Hitler, qu’il a identifié comme étant Maldororor. Depuis le début des années 1930, l’artiste avait déjà une grande admiration pour le dictateur pour sa façon de dominer les masses et son éloquence. En 1934, on lui interdit de peindre la croix gammée, mais Dalí ne s’arrêta pas. La représentation d’Hitler dépassa la limite acceptable et à partir de ce moment, le mouvement surréaliste s’y opposa complètement. L’Espagnol a quitté l’Europe et s’est rendu aux États-Unis pour commencer à peindre des peintures religieuses.

Cristo de San Juan de la Cruz

Un Christ représenté dans d’immenses ténèbres, sur la croix, fort et jeune, sans clous ni couronne d’épines, n’a ni blessures, ni plaies, ni symptômes de tourment. Il n’y a pas d’INRI mais une feuille de papier qui symbolise l’éternité du Christ, au fond, des nuages abondants mettent en valeur l’image de Jésus, en bas de la baie de Port Ligat avec des pêcheurs représentant Diego Velázquez et Francisco de Zurbarán immobiles. Cette peinture a été critiquée pour son manque de sentiments religieux. La première fois que l’œuvre a été exposée à la Kelvingrove Art Gallery and Museum, elle a été attaquée avec une pierre. Le tableau a été déchiré et restauré en six mois pour être à nouveau exposé. Elle a continué à susciter la controverse lorsqu’elle a été considérée comme une ruse par un peintre déjà célèbre pour être surréaliste. En 2009, le journal The Guardian l’appelait “kitch and creepy”.

Ángelus arquitectónico de Millet

Dans les années 1920, grâce aux théories psychanalytiques de Lacan, Dalí découvre la méthode paranoïaque critique avec laquelle il analyse El Ángelus de Millet, un tableau qui illustre la morale chrétienne du XIXe siècle : deux paysans reposent à midi en priant l’Angélus pour de meilleures récoltes, en apparence. L’œuvre obsédait Dalí, qui considérait qu’il y avait quelque chose de caché sous la toile, peut-être un enfant mort. Au Louvre, Dalí a demandé que la toile soit radiographiée. Il découvrit qu’au milieu d’eux se trouvait un petit cercueil suggérant une tombe. Sa découverte fut réinterprétée en plusieurs versions, le monde savait enfin ce que Millet cachait et le macabre d’un tableau se retrouva à nouveau parmi le public avec la sensualité débordante, typique des peintures de Dalí.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *