Les meilleures espèces pour supprimer naturellement les mauvaises herbes de votre jardin

Ah, les mauvaises herbes, ennemies jurées de chaque jardinier qui se respecte ! Mais que diriez-vous d’un peu d’aide dans cette lutte constante ? Les plantes couvre-sol offrent une solution élégante. Colonisant promptement le sol, elles laissent peu de place aux graines indésirables, tout en prévenant l’érosion grâce à leur réseau racinaire complexe et robuste.

D’un gazon ordinaire à l’exotique lierre terrestre :

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter des alliés bien connu :

  • le gazon. Un tapis vert, soigneusement entretenu, est souvent la première ligne de défense contre les mauvaises herbes.
  • La pervenche (Vinca minor), une beauté éternelle aux fleurs bleu-violet, forme un véritable bouclier végétal empêchant les indésirables de s’immiscer.
  • Le lierre terrestre (Glechoma hederacea), une gracieuse rampeuse qui n’hésite pas à conquérir les zones ombragées et humides de votre jardin.
Lire la suite  La Chine critique le retrait de Trump du traité nucléaire

Le pouvoir des plantes aromatiques et vivaces :

Tournons-nous ensuite vers nos amis les aromatiques.

  • Le thym serpolet (Thymus serpyllum) se démarque par son parfum qui chasse certains intrus indésirables. D’une multitude de couleurs, il enivre le jardin de ses notes odorantes.
  • L’ajuga reptans, cette charmante plante à feuillage persistant, est une autre recrue de choix dans notre bataille. Ses jolies fleurs bleues en épis dessinent un véritable barrage contre les mauvaises herbes, surtout sur les sols frais et bien drainés.
  • La campanule à feuilles de pêcher (Campanula persicifolia), elle, préfère une approche plus douce. En formant une touffe dense, elle prévient plutôt que guérit, limitant la croissance des mauvaises herbes avant même qu’elles n’envahissent.

Les plantes allélopathiques : des alliées biochimiques

https://www.youtube.com/watch?v=2xpkARIN5aQ&ab_channel=newsjardintv

Certains végétaux, plus futés, se sont dotés d’armes chimiques, un phénomène appelé allélopathie, pour entraver la croissance de leurs voisins moins désirables.

L’œillet d’Inde : un classique contre les mauvaises herbes

L’œillet d’Inde (Tagetes spp.), un guerrier connu de tous, libère des substances allélopathiques dissuadant certaines mauvaises herbes, dont les pissenlits et les chénopodes, de s’installer.

Lire la suite  Comment bien hydrater ses mains pendant le coronavirus ?

Arbustes et vivaces allélopathiques : La guerre secrète du sol

  • Le noyer noir (Juglans nigra), cet arbre de stature royale, émet une substance, la juglone, qui inhibe la croissance de nombreux végétaux à ses pieds. Il convient toutefois de se montrer prudent : la juglone peut également déranger certaines de vos cultures et plantes ornementales.
  • Le sorgho-sudangrass (Sorghum bicolor x S. sudanense), membre de la famille des graminées, est une autre espèce présentant des propriétés allélopathiques prometteuses, notamment contre les mauvaises herbes annuelles.

En fin de compte, il existe une véritable armée de plantes prêtes à vous aider à repousser naturellement les mauvaises herbes de votre jardin. En choisissant des couvre-sols et des espèces allélopathiques, vous mènerez une lutte efficace contre ces intrus tout en créant un espace de verdure riche et attrayant. Alors, n’hésitez pas à jouer le rôle du stratège, adaptant vos choix en fonction de vos préférences et des conditions spécifiques à votre jardin (type de sol, exposition, humidité…). Bonne bataille !

[yuzo id="61526"]
Partages