Dans la transplantation d’organes, il y a une partie du processus qui est la plus critique : le transport des organes humains. Il est normalement effectué par le moyen de transport le plus rapide, tel que l’avion ou l’hélicoptère, car il est transporté dans des conditions optimales de conservation et chaque minute compte. Il est essentiel que le voyage se fasse le plus rapidement et le plus efficacement possible, car l’organe pourrait être rendu inutilisable pour la transplantation.

L’idée qu’un drone puisse transporter

L’idée qu’un drone puisse transporter ces organes est à l’étude depuis longtemps, mais il y a de nombreuses raisons qui rendent l’idée quelque peu difficile à réaliser. Aujourd’hui, une étude a montré que c’est possible, et qu’avec les bonnes conditions, il est même possible pour l’organe d’atteindre la personne qui reçoit la transplantation saine et sûre.

Un drone transportant des organes : ils l’ont testé et il s’est bien comporté.

Une étude menée par l’Université du Maryland Medical System a montré qu’un drone est parfaitement adapté au transport d’organes en cas de besoin extrême. L’étude a été publiée dans le numéro de novembre du IEEE Journal of Translational Engineering in Health and Medicine.

L’étude a mené une expérience avec un rein qui ne se prêtait pas à une greffe, de sorte qu’il a pu être utilisé dans le cadre de la recherche. Ils ont placé l’orgue dans un contenant spécial semblable à celui utilisé pour les opérations de transport d’organes humains et y ont ajouté un dispositif qui contrôlait la température de l’organe. De plus, il contrôlait également l’altitude, la pression barométrique, les vibrations et l’emplacement. Le bourdon utilisé était un DJI Matrice 600 Pro, un bourdon commercial d’environ 5 000 $.

Le drone avec caméra qui vous suit sans que personne ne le contrôle

Plusieurs vols d’essai ont été effectués pour l’expérience. La vitesse maximale atteinte par le drone était d’environ 67 kilomètres à l’heure et la distance maximale était d’environ 4 kilomètres. Avant et après l’expérience, les chercheurs ont effectué des biopsies du rein et ont déterminé que le vol du drone n’avait pas affecté la biopsie. De plus, il a montré que le nombre de vibrations qu’il avait subies était inférieur à celui qu’il aurait subi lors d’un voyage en avion.

Il est à noter que le rein n’était pas adapté à une transplantation et qu’un rein en bonne santé aurait pu subir des altérations. L’organe doit avoir des conditions idéales pour que le patient qui le reçoit ne souffre d’aucun problème, ou pire, ne puisse le recevoir. D’autre part, cette étude ouvre la porte à ce type de transport pour l’avenir, et les drones auront une nouvelle utilité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici