Le Royaume-Uni prend au sérieux les influenceurs et la publicité clandestine

Publié par Jerome le janvier 26, 2019 | Maj le janvier 26, 2019

Le business de la publicité cachée sur Instagram a été la parfaite “ville sans loi” dans laquelle les marques et les influenceurs ont fait beaucoup d’argent aux dépens des utilisateurs sans défense. Mais au fur et à mesure que le marketing influent s’est développé, en raison du “boom” des réseaux sociaux et de l’expansion de la technologie mobile, une pratique illégale qui a encore beaucoup de chemin à parcourir est en train d’être arrêtée.

Un business autour des influenceurs et de la publicité

Le Royaume-Uni a été le dernier pays à réglementer cette pratique et à signaler, sans aucune considération, les influenceurs qui enfreignent la loi. U.S. Federal Trade Commission (en anglais seulement) (FTC) a déjà pris des mesures il y a trois ans pour une simple raison : les consommateurs ont le droit de savoir si le produit cosmétique, le téléphone portable ou le vêtement qui exerce une influence sur leurs réseaux sociaux est une opinion sincère et authentique ou s’ils montrent ces produits parce que la marque les paie pour cela.

L’un des piliers fondamentaux de l’activité des créateurs de contenu dans les réseaux sociaux, en particulier dans Instagram, est la collaboration avec les marques. Il s’agit d’un contrat par lequel une action publicitaire est conçue, qu’il s’agisse d’une photographie publiée dans Instagram, d’une vidéo sur Youtube ou d’un Instagram “Stories”, dans lequel le créateur de contenu annonce les avantages du produit spécifique. Le problème est que l’utilisateur ne sait pas qu’un tel contrat existe et croit que son “influenceur” préféré parle de tels sous-vêtements parce que c’est vraiment le meilleur, et non parce qu’il est payé avec cela.

Cette nouvelle forme de publicité nécessite une réglementation urgente et l’Advertising Standards Authority (ASA), l’organisme chargé de réglementer la publicité au Royaume-Uni, a lancé le “Influencer’s Guide” afin que les prescripteurs précisent clairement quelles sont leurs publications publicitaires et doivent donc “respecter les règles” établies. Le document est aussi un outil pour ” aider les utilisateurs à déterminer rapidement si une publication a besoin de clarifier ce qu’est une publicité “.

Protéger l’utilisateur des publicités

L’ASA est très claire : “lorsqu’une marque récompense un ‘influenceur’ avec de l’argent, un cadeau ou tout autre avantage” pour une publication, ce contenu sera soumis à la “loi de protection du consommateur”. En outre, “lorsqu’une marque a également le contrôle du contenu, elle est également soumise au Code de la publicité du Royaume-Uni”, ajoute-t-il.

Comme l’entité le rappelle, ils ont déjà pris des mesures lorsque certains influenceurs n’ont pas indiqué clairement qu’une partie de leur contenu était de la publicité. Louise Thompson, qui compte plus de 1 200 000 adeptes sur Instagram, a été avertie à l’été 2018 d’une publicité clandestine pour une marque de montres. Millie Mackintosh, avec plus de 1.300.000 adeptes sur le même réseau social, ou Marnie Simpson, avec plus de 155.000 adeptes sur Instagram, ont également été averties par l’ASA.

“Au début de 2018, nous avons lancé un projet qui examine l’étiquetage des publicités en ligne pour s’assurer que les normes de l’ASA sont en règle “, ajoute l’agence. Il suffit aux créateurs de contenu de marquer leurs publications avec “#Ad” (abréviation de “publicité”), “Ad” ou “sponsorisé” si l’action est publicitaire.

L’AMC (Autorité de la concurrence et des marchés) a récemment lancé une enquête pour déterminer si les personnes qui exercent une influence déclarent correctement qu’il s’agit d’une activité publicitaire dans le but de faire respecter la législation de protection des consommateurs interdisant les pratiques commerciales déloyales. En Espagne, c’est la loi générale sur la publicité qui interdit la publicité trompeuse.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *