L’atout des plans de retrait de 7 000 militaires d’Afghanistan

Publié par Simon Taquet le décembre 27, 2018 | Maj le décembre 27, 2018

Le président des États-Unis, Donald Trump prévoit de retirer quelque 7 000 soldats d’Afghanistan, soit la moitié des 14 000 soldats qu’il a déployés dans ce pays, selon des sources officielles citées par le quotidien américain The New York Times.

La décision de Trump

Trump a pris cette décision en même temps que celle annoncée mercredi pour se retirer de Syrie, selon le Pentagone.

La décision est d’ailleurs connue peu après l’annonce de la démission du chef du Pentagone, le général James Mattis, en raison de désaccords avec Trump.

Trump a été élu président avec la promesse du retrait maximum des troupes américaines à l’étranger, bien que Mattis et autres conseillers l’aient convaincu jusque-là de maintenir, voire d’étendre sa présence dans certains pays.

Le retrait de la moitié du contingent en Afghanistan est considéré comme un premier pas vers la réalisation de cette promesse de réduire au minimum la présence militaire américaine, bien que beaucoup avertissent que le chaos pourrait augmenter dans le pays.

Les troupes américaines

Les troupes américaines en Afghanistan ont cessé le combat en 2014 et sont actuellement engagées dans la formation et l’orientation des forces afghanes, ainsi que la lutte contre le terrorisme à Al Qaida et l’État islamique.

Malgré cela, les frappes aériennes américaines ont atteint leur plus haut niveau depuis le début de la guerre, il y a 17 ans, en 2018.

La Maison-Blanche a annoncé mercredi que les États-Unis ont déjà commencé à retirer leur 2.000 militaires en Syrie après que Trump a proclamé la défaite de l’Etat islamique (IE) dans ce pays.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *