L’Arabie saoudite attribue la responsabilité de la mort de Khashoggi à un général

Publié par Jerome le octobre 20, 2018 | Maj le octobre 20, 2018

Un ordre mal compris. A la suite de sa visite à Riyad, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a transféré à Donald Trump la version officielle de la couronne saoudienne expliquant pourquoi le journaliste Jamal Khashoggi a été torturé et assassiné au consulat de son pays à Istanbul. Le blâme sera très probablement attribué au général de division Ahmed al-Assiri, conseiller du prince héritier et directeur adjoint du service national de renseignement, le ” mujabarat “.

Un coupable pour l’Arabie Saoudite

Al Asiri sera le bouc émissaire d’un scandale qui a renforcé le siège de Mohamed bin Salman, fils du roi et ministre de la Défense : comment justifier que les services de renseignement turcs aient identifié les membres de son équipe de sécurité, qui l’ont accompagné à Madrid et Paris, comme les auteurs de cet assassinat ? La réponse est que quelqu’un de rang et d’ancienneté, très proche de lui, est le coupable officiel, l’auteur d’une erreur fatale.

Ce n’est pas seulement Pompéo, ministre des Affaires étrangères, qui a reçu ce nom à Riyad. Il a également été transmis par les services de renseignement et de diplomatie saoudiens aux membres du Congrès et aux diplomates américains. Par d’autres moyens, il a atteint les parents et les collaborateurs de Khashoggi, selon les sources consultées par ce journal. Bien que le dissident soit un citoyen saoudien, il vivait aux États-Unis depuis un an, où il a collaboré avec le Washington Post.

“L’intention de la Couronne saoudienne est d’admettre que le prince a ordonné la capture de Khashoggi, mais que le général de division Al-Assiri l’a mal compris et a autorisé son exécution si la situation devenait incontrôlable,” disent-ils. Néanmoins, cette version impliquerait que Bin Salman a ordonné la capture d’un résident américain dans un pays tiers, pour ses critiques à l’égard de la couronne saoudienne et de lui-même.

Il y a un deuxième volet crucial de la stratégie saoudienne : la disqualification de Khashoggi. Les employeurs du journaliste dans le Washington Post rapportent maintenant qu’un groupe de membres du Congrès républicain a envoyé des courriels et partagé des messages sur les réseaux sociaux reliant le journaliste aux Frères musulmans et à Al-Qaida. Il y a quelques jours, le fils du président, Donald Trump Jr. a partagé un message sur Twitter disant que Khashoggi “a traversé l’Afghanistan à pied avec Oussama ben Laden.

Khashoggi a commencé sa carrière comme journaliste et directeur des médias gouvernementaux en Arabie Saoudite. Grâce à ce travail, il a rencontré et interviewé Ben Laden, avec qui il s’est lié d’amitié. Plus tard, il s’est éloigné de lui et s’est approché du chef des renseignements saoudiens, Turki al Faisal, dont il a été chef de presse pendant ses séjours comme ambassadeur à Londres et à Washington. Ces dernières années, il s’est éloigné de la famille royale et est devenu un critique important de Bin Salman, héritier du trône, qui a lancé une série de modestes réformes d’ouverture dans le pays.

La clé de la défense de Bin Salman à Washington est le gendre du président Trump, Jared Kushner, qui est devenu le principal lien entre la couronne saoudienne et la Maison-Blanche. Grâce à sa médiation, Riyad a été la première ville où Trump s’est rendu en tant que président l’année dernière. Kushner est un juif orthodoxe qui a, entre autres, la tâche de négocier la paix au Moyen-Orient. Son pari est qu’un rapprochement entre les Saoudiens et les Israéliens forcera les Palestiniens à accepter un accord négocié par les Etats-Unis.

Des agents turcs continuent de battre une forêt au nord d’Istanbul où, le 2 octobre, le jour de la mort de Khashoggi, une camionnette de la délégation diplomatique saoudienne a approché. Ils recherchent les restes du journaliste, qui a été drogué, battu, écartelé et dissous dans de l’acide. Ils ont déjà fouillé le consulat, qui a été nettoyé et peint, et la résidence du consul, qui a fui à Riyad et a été relevé de ses fonctions.

Il semblerait que 15 officiers et hommes en uniforme saoudiens aient pris l’avion le 2 octobre de Riyadh à Istanbul, où ils ont tué Khashoggi. Il s’est rendu au consulat pour effectuer une procédure et n’en est pas sorti vivant.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *