L’antisémitisme à la hausse aux États-Unis

Publié par Jerome le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

Le fait que Robert Bowers, 46 ans, soit entré dans une synagogue de Pittsburgh armé d’un fusil semi-automatique et criant “tous les Juifs doivent mourir” est symptomatique d’un problème croissant sur lequel les autorités américaines ont peu fait. Jusqu’à ce que Twitter efface son profil, les soflammes antisémites du meurtrier, qui proclamait que “les Juifs sont fils de Satan” et reproduisait toutes sortes de théories de conspiration conformes aux idées suprémacistes, étaient accessibles à tous sur Internet.

Donald Trump la cause de cette hausse ?

Dans un pays où la possession d’armes est autorisée avec laxisme et où il y a chaque année 15 500 morts liées aux armes à feu, la montée de groupes idéologiques racistes, qui croient à la domination de l’homme blanc occidental sur le reste des sociétés, peut facilement conduire à des attaques comme celle de ce samedi. Dans un pays où la possession d’armes est autorisée avec laxisme et il y a 15 500 morts liées aux armes chaque année, la montée des groupes idéologiques racistes, qui croient en la domination des hommes blancs occidentaux sur les sociétés, peut facilement mener aux attaques comme celles de ce samedi. Avec une différence par rapport à il y a quelques décennies : aujourd’hui, les réseaux sociaux et Internet offrent un refuge et permettent à des individus radicaux qui étaient auparavant isolés de communiquer.

Fait intéressant, la veille de l’attaque, l’organisation de défense juive Anti-Defamation League avait mis en garde contre une augmentation inquiétante des attaques antisémites lors de la campagne électorale partielle du 6 novembre.

Après une étude de sept millions de messages Twitter, il conclut qu'”avant l’élection de Donald Trump, les attaques antisémites étaient rares, même pour les Juifs américains les plus exposés. Après sa victoire en 2016, l’antisémitisme s’est normalisé et le harcèlement est une réalité quotidienne.

Il faut préciser que Trump n’a jamais exprimé d’antisémitisme. Au contraire, sa fille et son gendre sont juifs orthodoxes et il entretient d’excellentes relations avec l’État d’Israël. Le problème est posé par une minorité néo-nazie qui a décidé de défendre la cause de Trump comme la montée de l’homme blanc.

C’est le cas de l’activiste Richard Spencer, leader et instigateur d’une série de violentes manifestations à Charlottesville en août 2017 où les slogans nazis étaient chantés comme “sig heil” et auxquels l’Université de Virginie a interdit l’entrée vendredi pendant quatre ans. Au cours de ces manifestations, trois personnes ont été tuées et 39 blessées.

Ce groupe, comme le dénonce aujourd’hui l’Anti-Defamation League, estime que c’est enfin leur moment. Et alors que le racisme contre les Hispaniques et les Noirs a reçu une large attention de la part des politiciens et des médias, l’antisémitisme a augmenté sans que personne ne veuille déclencher l’alarme. L’an dernier, les attaques contre les Juifs aux États-Unis ont augmenté de 57 % pour atteindre 1 986, selon une autre étude de l’Anti-Defamation League.

Il y a aussi un antisémitisme de faible intensité dans la politique américaine qui se manifeste par des attaques contre des politiciens et des hommes d’affaires juifs qui sont crédités d’avoir joué un rôle clé dans un grand complot de conspiration mondiale. L’exemple le plus clair est celui de l’investisseur et philanthrope George Soros, qui a fui sa Hongrie natale lorsque les Nazis ont commencé à envoyer des Juifs dans des camps de concentration.

Les républicains ont fait de Soros une cible régulière des critiques, et Trump lui-même a plaisanté jeudi lors d’un événement de la Maison-Blanche qu’il devrait être “derrière les barreaux”. Le meurtrier de Pittsburgh avait qualifié Soros sur Twitter de “financier du terrorisme”.

Le problème, dans cette section, c’est que ce que le président et son parti proclament avec exagération et ironie est littéralement cru par certains loups solitaires comme Bowers, auteur du massacre de ce samedi. “Je ne peux pas rester les bras croisés pendant que mon peuple est massacré”, a dit le meurtrier sur le réseau social. Soros fait d’ailleurs partie des destinataires d’une série de colis contenant des explosifs qui ont également été reçus cette semaine par Barack Obama et Hillary Clinton, entre autres démocrates, en plus de CNN.

L’incapacité des réseaux sociaux à agir est également frappante. Twitter n’a supprimé le contenu antisémite publié par Bowers qu’après le massacre. Jusqu’à présent, les politiques d’autorégulation des plates-formes Internet n’ont eu aucun effet pour prévenir les insultes, les calomnies et les campagnes de désinformation qui, dans les cas les plus extrêmes, se terminent par des flambées de violence comme hier.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *