La Russie de Poutine, le grand bénéficiaire du meurtre de Khashoggi

Publié par Simon Taquet le novembre 5, 2018 | Maj le novembre 5, 2018

Jamal Khashoggi , prétendument orchestrée depuis les sphères du régime Salman, Vladimir Poutine regarde depuis les murs du Kremlin. Comme s’il s’agissait d’un film, le président russe regarde les événements se dérouler dans l’espoir de faire le saut définitif qui permettra à la Russie de devenir la puissance hégémonique dans une des régions les plus convoitées et conflictuelles de la planète : le Moyen-Orient.

Pour l’instant, Poutine a refusé d’exiger avec force l’éclaircissement de faits qui s’entremêlent dans des versions contradictoires entre l’Arabie saoudite, d’une part, et la presse américaine avec la Turquie de Recep Tayyip Erdo?an de l’autre. Compte tenu de l’avenir des événements, le profil bas du président russe ne peut être compris que d’un point de vue géopolitique. Si les versions qui impliquent directement l’héritier du trône saoudien dans la mort de Khashoggi, les Etats-Unis, et en particulier son président, Donald Trump, auraient beaucoup de mal à justifier ou excuser un régime qui tue les opposants qui ne sont pas d’accord avec sa ligne officielle. Ceci d’autant plus que les protestations qui, des deux côtés du Sénat, se sont adressées à l’administration américaine pour exiger qu’elle impose des sanctions à l’Arabie saoudite et expulse son ambassadeur du territoire national.  La preuve des faits laisserait Trump à la merci de la tradition démocratique de son pays et des normes élevées d’exigence utilisées avec des pays comme le Venezuela et l’Iran. Ce dernier, ennemi déclaré du géant américain depuis la Révolution islamique de 1979 et proche de l’influence du Kremlin, exerce depuis des décennies un contrepoids dans la région à son voisin l’Arabie saoudite, situé sur l’orbite géostratégique de Washington et dont les relations bilatérales avec Téhéran sont pratiquement inexistantes.  Les Etats-Unis et les principales puissances européennes, qu’elles soient exécutives ou législatives, sont pleinement entrés dans la controverse autour de cette affaire, les droits de l’homme prenant le pas sur les relations commerciales et de pouvoir en jeu. La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne se sont unis pour exiger l’assainissement des dettes dans une déclaration commune inhabituelle. Angela Merkel est allée plus loin en suspendant hier après-midi la vente d’armes au royaume saoudien. Des réponses qui s’ajoutent à l’absence annoncée, cette semaine, à celle dite “Davos du désert” de certaines des plus importantes entreprises du monde et de plusieurs gouvernements occidentaux.

Cependant, malgré la pression internationale, Poutine n’a fait que reprocher aux Etats-Unis de n’avoir pas été en mesure de protéger un opposant qui a cherché refuge de l’autre côté de l’Atlantique et a fini, comme publié dans les médias Middle East Eye , démembré au consulat saoudien de Turquie .

La possible détérioration possible des relations entre Washington et Riad est l’occasion que la Russie attendait depuis longtemps. Votre chance de faire le grand saut et d’occuper l’espace que les Etats-Unis pourraient laisser au cas où la mort de Khashoggi éclabousserait complètement le régime Salman. Sous l’influence de l’Iran et de l’Arabie saoudite, Moscou assurerait un accès direct aux immenses ressources naturelles que les deux pays abritent, tout en garantissant son hégémonie dans la région. Seul le conflit syrien, dans lequel la Russie favorise la permanence du régime de Bachar al-Asad, contrairement à Riyad, pourrait ternir les objectifs expansionnistes que le cœur de l’ex-URSS a toujours revendiqués.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *