Ce sont les institutions religieuses, dans une large mesure, qui ont traité de l’alphabétisation et écrit les textes du Moyen Âge européen. Des monastères sont sortis des manuscrits richement illustrés, créés à l’usage des membres des institutions religieuses et de la noblesse. Certains de ces textes enluminés étaient ornés de peintures et de pigments luxueux, dont des feuilles d’or et de l’outremer, un pigment bleu rare et coûteux comme l’or fait de lapis-lazuli.

Les chercheurs du Max Planck Institute for the Science of Human History

Des chercheurs du Max Planck Institute for the Science of Human History à Berlin et de la British University of York ont analysé les restes des femmes enterrées dans un cimetière médiéval lié au couvent Dalheim. Il reste peu de traces du site et la date exacte de sa fondation est inconnue, bien qu’une communauté de femmes ait pu s’y former dès le Xe siècle. Les premières traces écrites connues du couvent remontent à 1244. Les scientifiques ont découvert qu’une femme enterrée dans le cimetière avait de nombreuses taches de pigment bleu incrustées dans son tartre dentaire (tartre ou plaque dentaire qui se fossilise sur les dents pendant sa vie). La religieuse avait entre 45 et 60 ans lorsqu’elle mourut vers les années 1000-1200. Il n’avait aucune pathologie squelettique particulière, aucun signe de traumatisme ou d’infection. Le seul aspect notable de ses restes était les particules bleues trouvées dans ses dents. Ce fut une surprise totale, car le calcul s’est dissous et a libéré des centaines de minuscules particules bleues, se souvient Anita Radini de l’Université York. Une analyse minutieuse utilisant plusieurs méthodes spectrographiques différentes a révélé que le pigment bleu était le lapis-lazuli.

Aussi précieux que l’or

Les chercheurs ont examiné plusieurs scénarios pour voir comment ce minéral aurait pu être intégré dans le calcul des dents de la femme. D’après la répartition du pigment dans sa bouche, nous sommes arrivés à la conclusion que le scénario le plus probable était qu’elle peignait elle-même avec le pigment et léchait l’extrémité du pinceau en peignant “, dit Monica Mrom de Max Planck.

L’utilisation du pigment ultramarin de lapis-lazuli était réservée, avec l’or et l’argent, aux manuscrits les plus luxueux. “Seuls des scribes et des peintres exceptionnellement compétents auraient été chargés de leur utilisation “, dit Alison Beach de l’Université de l’Ohio et historienne du projet.

La découverte inattendue d’un pigment si précieux si tôt et dans la bouche d’une femme du XIe siècle en Allemagne rurale est sans précédent. Si l’Allemagne est connue pour avoir été un centre actif de production de livres pendant cette période, l’identification des contributions des femmes a été particulièrement difficile. En signe d’humilité, de nombreux scribes et peintres médiévaux ne signaient pas leurs œuvres, une pratique qui aurait pu s’appliquer surtout aux femmes. La faible visibilité du travail des femmes dans la production de manuscrits peut avoir conduit de nombreux chercheurs modernes à supposer qu’ils participaient à peine à ce travail.

Des mines d’Afghanistan

Les résultats de cette étude remettent non seulement en question certaines croyances sur le travail des femmes, mais aussi découvrent une histoire de vie vraiment remarquable. Cette femme ” était reliée à un vaste réseau commercial mondial qui s’étendait des mines d’Afghanistan à sa communauté de l’Allemagne médiévale en passant par les métropoles commerciales de l’Égypte islamique et de Constantinople byzantin. L’économie croissante de l’Europe au XIe siècle a déclenché une demande pour le pigment précieux et exquis qui a parcouru des milliers de kilomètres à travers des caravanes de marchands et de navires pour servir l’ambition créative de cet artiste “, explique l’historien et co-auteur Michael McCormick de l’Université Harvard.

Nous avons ici la preuve directe d’une femme, pas seulement peindre, mais peindre avec un pigment très rare et cher, et dans un endroit très isolé explique Christina Warinner de Max Planck, auteur principal de cet article. Et elle réfléchit : L’histoire de cette femme aurait pu rester cachée à jamais sans l’utilisation de ces techniques. Je me demande combien d’artistes on pourrait trouver dans les cimetières médiévaux, si on y jetait un coup d’oeil.

La recherche est publiée dans la revue Science Advances.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici