La naissance controversée de l’extrême droite” dans la Révolution française

Publié par Simon Taquet le décembre 6, 2018 | Maj le décembre 6, 2018

VOX a fait son apparition dans les élections andalouses avec 12 sièges inattendus et tous les médias ont été remplis de titres faisant allusion à l’irruption de “l’extrême droite” en Espagne. Quelques minutes après la confirmation de la débâcle du PSOE, Susana Díaz a insisté sur l’idée en appelant les partis constitutionnalistes à “essayer d’empêcher que l’extrême droite soit celle qui décide le gouvernement andalou”. Le PP a également critiqué l’entrée de ce courant au Parlement andalou. Et Pablo Iglesias a même appelé à la rue après la montée de ce parti en Andalousie, avertissant que “l’avenir et la démocratie du pays sont en jeu.

D’ou provient l’extrême droite en France

Quelque chose de similaire s’est produit avec la montée de l’extrême droite en Grèce (Golden Dawn), en Belgique (Nouvelle Alliance flamande), en Autriche (FPÖ), en Slovaquie (Parti national slovaque), aux Pays-Bas (Parti de la liberté), en Hongrie (Fidesz-KDNP), en Pologne (Droit et Justice) et au célèbre Front national Le Pen en France. Connaissons-nous l’origine de ce courant politique dont la naissance tend à être associée à tort à l’irruption du fascisme de Mussolini en 1922 et à la continuation de Hitler et des nazis en 1933 ?

C’est une confusion très fréquente que de penser que l'”extrême droite” fait son apparition dans la première moitié du XXe siècle, puisque son discours et les programmes électoraux de la plupart de ces formations puisent leurs racines, selon de nombreux historiens, dans le mouvement réactionnaire, contre-révolutionnaire ou traditionaliste de la fin du XVIIIe siècle. Il est vrai que les termes “extrême droite”, “extrême gauche” ou simplement “droite” et “gauche” n’ont été utilisés littéralement que de nombreuses années plus tard, mais l’idée trouve son origine en 1789. Il est né à Versailles, tandis que les hommes politiques débattaient du droit de veto du roi Louis XVI sur les décisions prises par l’Assemblée. Trois groupes ont émergé de cette discussion. L’un était en faveur du droit de veto du monarque, un autre contre (qui envisageait l’option d’un veto suspendu, qui empêchait le monarque de renverser les décisions de l’Assemblée pendant une ou plusieurs législatures), et le dernier, celui des indécis.

Comme il fut voté à main levée, on dit que pour faciliter le recomptage, les différents groupes répartis dans la salle d’assemblée. L’objectif était de faciliter le dialogue entre les partisans des deux options. Le fait est qu’à droite du président étaient assis ceux qui étaient en faveur du droit de veto du monarque et à gauche, ceux qui étaient contre, tandis que dans le centre étaient les indécis.

Selon le groupe d’auteurs qui sont invités, cela s’est passé à différentes dates. Certains parlent du 28 août 1789, comme le philosophe de Riojan Gustavo Bueno, dans “El Mito de la izquierda. Las izdas y la derecha” (Ediciones B, 2003) : “C’est lors de la session de ce jour de 1789, c’est-à-dire au moment où le troisième État avait déjà été constitué en Assemblée nationale, que les partisans du veto royal absolu se sont déplacés vers la droite et ceux qui avaient un veto assoupli, ou pas du tout, vers la gauche. Cette ” géographie de l’Assemblée “, comme Mirabeau l’avait déjà dit le 15 septembre 1789, a été maintenue. D’autres placent la naissance de cette division au 11 septembre. Mais ce qui est certain, c’est que les Français de l’époque n’ont baptisé les différentes tendances comme “gauche” ou “droite” que beaucoup plus tard, mais comme “la montagne” (à gauche), “la plaine” (à droite) et “le marais” (indécis), même si ces positions étaient associées à certaines idées. Les monarchistes et les conservateurs, en fait, se tenaient toujours à droite.

Joseph de Maistre, le père de l’extrême droite

Ces idées associées à une telle position dans l’assemblée ont continué après la guillotination du roi Louis XVI, après avoir crié : “Messieurs, je suis innocent de ce qui est accusé de moi. Je souhaite que mon sang puisse cimenter le bonheur des Français. Parmi les 42 chefs d’accusation dont il a été accusé, il y avait complot contre les libertés publiques et atteinte à la sécurité générale de l’État. Sur les 726 députés présents à la dernière séance, 387 ont voté pour l’exécution immédiate, 290 ont demandé d’autres sanctions et seule une minorité a voté pour l’acquitter. Parmi ceux qui défendaient cette dernière option se trouvait Joseph de Maistre (1753-1821), le penseur politique contre-révolutionnaire et conservateur dont les idées sont souvent décrites comme l’origine idéologique de ” l’extrême droite. Et en plus de ceux-ci, ceux d’autres penseurs comme Louis de Bonald et Jacobo B. Bossuet.

Que défendait cette primitive “ultra-droite” ? Comme l’écrivait José Luis Rodríguez, historien de l’Université Roi Juan Carlos, dans “From the Old to the New Extreme Right” (2005), la principale revendication de ces penseurs était de revenir directement au modèle du Moyen Âge, car ils considéraient que la rupture de 1789 n’avait apporté que l’évolution. Ils soutenaient que le nouveau régime qui a élevé la bourgeoisie au rang de force dominante du pays et prôné “la liberté, l’égalité et la fraternité” était nuisible et beaucoup plus dommageable que le féodalisme et l’absolutisme.

De Maistre lui-même – auquel il attribue la célèbre phrase “chaque nation a le gouvernement qu’elle mérite” – écrit dans un livre intitulé “Considérations sur la France” que la révolution française était un événement “diabolique” et “terriblement grave”. Le penseur était un ennemi déclaré des idées adoptées par les Lumières et condamna rapidement la démocratie, qu’il considérait comme responsable du désordre social. Un extrémisme qui s’étendait à la religion et au pouvoir spirituel du Pape, deux éléments auxquels il donnait un rôle fondamental et infaillible dans la lutte contre la décadence historique à laquelle l’humanité était dirigée, comme il l’a indiqué, dans ces premières années de l’histoire contemporaine.

Louis de Bonald (1754-1840), pour sa part, a également fait une critique directe et radicale de la Révolution française, qu’il a qualifiée honteusement antireligieuse en fait. Sur cette base, sa proposition politique appelait à la restauration d’une monarchie de caractère divin, dans laquelle les sujets jureraient d’obéissance au catholicisme. Il a fondé sa philosophie sur “le pouvoir unique, la religion et les distinctions sociales”. Et il croyait que la soumission de la société à la volonté divine était la seule chose qui pouvait garantir l’indépendance et la liberté.

Les groupes issus de ce nouveau courant politique ont concentré leur lutte pour empêcher le développement de la révolution intellectuelle qui avait commencé au milieu du XVIIIe siècle et qui se poursuivait au début du XIXe siècle, tant en France, en Allemagne et en Angleterre. C’est pourquoi ils ont condamné non seulement la Révolution française, qui avait détruit l’unité religieuse et l’ordre social de l’Ancien Régime, mais aussi les révolutions industrielles et scientifiques. L’objectif était, comme l’explique Rodríguez, “de revivre le passé à travers les mythes, l’utilisation des théories du complot, l’intolérance envers les idées nouvelles et l’exaltation d’une religion qui transforme l’opposition à la culture des sciences naturelles et au développement scientifique et technologique en dogme de foi”.

La confrontation entre ces courants primitifs de “droite extrême” ou contre révolutionnaire et les défenseurs de la révolution française atteint son apogée lorsque la guerre civile en Vendée en 1793 éclate. Au cours des trois années qu’elle a duré, cette extrême droite traditionaliste qui a survécu, mais n’a pas pu arrêter l’avancée du libéralisme au XIXe siècle, a fait cause commune avec les idées de Thomas Hobbes, le théoricien par excellence de l’absolutisme politique, et Maistre lui-même, tandis que la gauche a décidé pour Voltaire. Le duel entre les deux, qui a commencé dans cette France stupéfiante, s’est poursuivi en Allemagne encore plus furieusement.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *