La moitié des utilisateurs de Facebook sont-ils des faux ?

Publié par Simon Taquet le janvier 29, 2019 | Maj le janvier 29, 2019

À l’ère des métriques et des chiffres, Facebook a été, pendant des années, le grand gagnant. Leur nombre était si impressionnant qu’aucun rival n’a réussi à les éclipser. Le réseau social par excellence, cependant, se vide, entre dans le placard de l’ancien, laissant la place à d’autres services plus directs tels que Instagram ou WhatsApp. Vos deux jolies filles. La crise de réputation dans laquelle se trouve la multinationale fondée par Mark Zuckerberg a encore de nombreux chapitres à raconter. Et sa masse d’utilisateurs peut être un mirage.

Facebook aurait que des fakes utilisateurs ?

Règle des nombres, soutiennent les économistes. Ce qui n’était pas si clair, c’est que ces chiffres, comptés à tort, pouvaient être surdimensionnés. Zuckberberg a répété ad nauseam, chaque fois qu’il en avait l’occasion, que son but était de connecter la planète entière. Elle était sur la bonne voie, puisque son service principal a, selon ses chiffres officiels, accumulé quelque 2,4 milliards d’utilisateurs. Un tiers du monde, bientôt à dire.

Les réseaux sociaux et les services de distribution de contenu de divertissement ont trouvé des affaires dans ces chiffres. Des dizaines de “jeunes” et d'”influenceurs” qui gagnent leur vie grâce à un simple comptable, leurs disciples, ont grimpé sur la base d’un chéquier. Bien que plusieurs rapports précédents ont trouvé des preuves d’achat d’adeptes, la plupart d’entre eux faux, la politique qui continue à envoyer sont les chiffres. Et dans cette bataille, Facebook a été le roi du cotarro. La question est de savoir si cet empire a été construit sur un mensonge.

Et il y a des raisons d’en douter. Au cours de la dernière année, on a découvert que le réseau social a gonflé les statistiques de lecture et les paramètres de lecture vidéo afin de générer encore plus d’activités publicitaires. Un fait qui a mené à un recours collectif. Aujourd’hui, un rapport (PDF) d’Aaron Greenspan, chercheur de PlainSite, affirme que le géant de l’Internet n’a aucun moyen de mesurer avec précision le nombre d’adeptes réels de sa plate-forme et que près de la moitié des utilisateurs sont faux.

Greenspan est un nom à mettre sous le microscope, puisque c’était le partenaire de Zuckerberg dans ses années de fac à Harvard, qui a accusé le créateur de Facebook de “voler” cette idée pendant des années. Mais sa conclusion est catégorique : “Facebook n’a pas, et n’aura jamais, un moyen précis de mesurer votre problème de faux compte. Tous ces facteurs doivent être pris en compte, car nous estimons que 50% ou plus des utilisateurs actuels de Facebook sont des faux. Des accusations sévères qui ont déjà été répétées. “Ceci est incorrect et un rapport responsable signifie fournir des faits, même s’il s’agit de faux comptes “, défend un porte-parole d’une société américaine dans des déclarations à “Mashable.

Facebook, cependant, a supposé dans le passé l’existence de doubles et faux comptes. En 2017, en fait, il a reconnu que ses estimations atteignaient 470 millions de faux profils. Un chiffre très éloigné de ce que représente ce rapport controversé. Aussi l’année dernière, un rapport interne du réseau social a avancé que dans un seul trimestre s’est terminé avec quelque 837 millions de fausses publications. Tout ce scénario a été sujet à l’apparition, dans une plus large mesure, des “fausses nouvelles” ou “fausses nouvelles”, qui ont brouillé la trajectoire de la plate-forme au cours des deux dernières années.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *