La Grande-Bretagne recommande d’étudier l’espagnol après Brexit

Publié par Simon Taquet le décembre 3, 2018 | Maj le décembre 3, 2018

Brexit a apporté l’importance de la langue espagnole comme langue globale aux Britanniques présents, après que le British Council a récemment publié une étude recommandant l’enseignement de la langue Cervantes comme première option compte tenu de la nécessité d’améliorer les compétences linguistiques des Anglais dans le contexte de la nouvelle situation politique après l’abandon de l’Union Européenne. Plus d’un an après le référendum, il est temps de réfléchir à la façon dont la Grande-Bretagne va façonner son avenir commercial dans le monde. Pour le British Council, qui se consacre à la culture et à l’éducation, la Grande-Bretagne doit d’urgence réfléchir à la nécessité de devenir une puissance commerciale au-delà du continent, tout en renforçant ses liens bilatéraux avec les gouvernements européens qui sont géographiquement plus proches. Dans ce contexte d’une “Grande-Bretagne globale”, le multilinguisme devient une valeur fondamentale. Cependant, la réalité britannique est loin d’être un paradis pour les langues.

Le “mantra”

Le rapport met en garde contre un mauvais enseignement des langues dans le pays anglo-saxon. “Nous devons sortir du mantra selon lequel l’anglais est la langue des affaires internationales pour comprendre l’importance d’apprendre d’autres langues et les circonstances nombreuses et variées dans lesquelles elles sont utilisées en même temps que l’anglais, ou au détriment de celui-ci. Le texte souligne que nous sommes à un moment critique, où l’amélioration des compétences linguistiques de la nation est “fondamentale”, car elle a besoin de citoyens capables de renforcer les relations économiques, politiques et culturelles du pays avec ses voisins européens.

Puestos parle avec Teresa Tinsley, rapporteur de ce rapport intéressant, cette linguiste commente de Londres à ABC – en espagnol parfait – que pour réaliser l’étude “dix indicateurs ont été pris en compte avec des chiffres contrastées. Il y a des perspectives économiques, culturelles, diplomatiques, éducatives, commerciales et gouvernementales, ainsi que les goûts et les comportements culturels des Britanniques “.

Ainsi, Tinsley affirme que la force de l’espagnol qui l’a amené à se placer en tête de la liste est un mélange de ces facteurs. “Il y a d’abord le tourisme, puisque l’Espagne est la première destination des Britanniques (pour cette raison, c’est la première langue de l’éducation des adultes, alors que dans les écoles, c’est encore la deuxième, après le français).

En outre, il y a le fait du nombre de pays qui parlent la langue de Cervantes, “ce qui est un avantage évident” de nature diplomatique et commerciale. “Il faut comprendre que l’anglais est une lingua franca dans les forums multinationaux, mais que dans les relations bilatérales et commerciales, les deux langues sont d’une grande importance “, dit Tinsley. Il ajoute : “De plus, l’espagnol est une des langues de l’ONU”. Cela marque la préférence du British Council, “qui a aussi un côté économique, bien sûr, mais qui si c’était le seul évalué dans l’étude aurait pu laisser l’espagnol en deuxième position”, selon le chercheur.

Few Erasmus

Le rapport “marque clairement cinq langues dont l’enseignement sera une priorité pour la Grande-Bretagne : espagnol, français et allemand, qui sont déjà étudiés dans nos écoles, arabe et mandarin, dont nous devrions réaliser une étude”, confirme que Teresa Tinsley a pris les dispositions pour y arriver ? “Je n’ai pas cette information, mais pour l’instant, admet-il, nous avons parlé de la nécessité de recruter les enseignants nécessaires.

La réalité révélée par les chiffres est que “seulement 34% des jeunes, à un niveau très élémentaire, apprennent une langue étrangère en Grande-Bretagne jusqu’à 16 ans. C’est peut-être la raison pour laquelle nous avons un chiffre Erasmus si bas, contrairement à d’autres pays, parce que nos étudiants ne se sentent pas suffisamment en sécurité, ce qui leur donne la connaissance d’une langue étrangère, pour étudier dans d’autres pays européens”, regrette-t-il. En effet, seuls 15 000 étudiants britanniques ont étudié à l’étranger en 2013, bien moins que les 40 000 Espagnols qui l’ont fait cette année-là. En fait, les travaux prévoient le maintien des avantages de l’accueil d’étudiants Erasmus après Brexit ou, le cas échéant, la création de structures éducatives bilatérales d’égale importance. Pour le chercheur, Brexit a mis en évidence des contradictions et des paradoxes, mais ” il doit être clair pour nous que nous n’irons nulle part sans améliorer nos compétences linguistiques, pour que Brexit soit un succès, nous devons parler plus de langues “.

Les raisons économiques de la priorité d’enseigner l’espagnol sont basées sur le fait que l’Espagne était déjà un marché de 15 milliards de livres en 2015. A cela s’ajoutent les marchés d’opportunités détectés au Mexique, au Chili et en Colombie, avec un total de 185 millions d’hispanophones ayant peu de connaissance de l’anglais. Au Mexique, la septième économie mondiale se profile à l’horizon 2050 et la Grande-Bretagne veut augmenter l’échelle qui en a déjà fait le cinquième investisseur.

Peut-être pour cette raison, l’historien de la CSIC Manuel Lucena, consulté hier par ABC, n’a-t-il pas hésité à évaluer ce rapport positivement, avec un accent particulier sur le fait que “la Grande-Bretagne a déjà réalisé que l’espagnol est une langue mondiale et que nous ne faisons pas tous les efforts nécessaires dans son intérêt. Il est important de cultiver l’estime de soi de l’hispanophone et de consacrer les ressources nécessaires qui méritent la source la plus importante de l’économie mondiale et de l’innovation que nous avons et que nous ne devrions pas moins apprécier que les autres”.

L’étude britannique souligne la nécessité d’une “politique d’État audacieuse” allant au-delà des intérêts des partis en Grande-Bretagne et guide les mesures que les gouvernements, les entreprises et les établissements d’enseignement doivent prendre pour profiter des avantages politiques et économiques de ce boom linguistique.

Parmi les conclusions que ces chiffres fournissent, on peut citer que les enseignants et linguistes basés en Grande-Bretagne seront essentiels pour une économie réussie après Brexit. Dans le monde des affaires, il est également clair comment la connaissance de la langue permettra à ceux qui sont plus compétents pour négocier dans une autre langue de gagner de meilleurs salaires.

Traditionnellement, les universités britanniques offraient le français ou l’allemand, mais aujourd’hui l’espagnol est intéressant. Surpasse l’allemand dans les demandes d’examen en Angleterre, en Irlande du Nord et au Pays de Galles (seulement après le français). Les raisons économiques mises en évidence par les travaux de l’étude sont les suivantes : exportations, besoins des entreprises, priorités commerciales futures et marchés émergents. Outre l’économie, les priorités en matière de sécurité et de diplomatie, de tourisme, d’intérêt public, d’accords internationaux sur l’éducation et la prédominance d’autres langues sur l’Internet sont valorisées.

“Alors que des millions de personnes dans le monde apprenaient l’anglais, ce qui nous donnait un grand avantage, nous avons été laissés pour compte en ne consacrant pas assez de temps, de ressources et d’efforts à l’apprentissage des langues étrangères”, conclut le rapport.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *