La France envisage d’appliquer l’état d’urgence si les émeutes du “gilet jaune” se poursuivent.

Publié par Simon Taquet le décembre 3, 2018 | Maj le décembre 3, 2018

Le gouvernement français envisage de déclarer l’état d’urgence si des émeutes persistent à Paris, les plus graves depuis plus d’une décennie, et a exhorté les manifestants pacifiques à prendre place à la table des négociations, a déclaré ce dimanche Benjamin Griveaux. Le Président Emmanuel Macron tiendra une réunion d’urgence avec le Premier ministre Edouard Phillipe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour discuter des émeutes et de la manière d’entamer un dialogue avec un mouvement de protestation qui, jusqu’à présent, n’a aucune structure ou direction réelle.

” Il ne faut pas que chaque fin de semaine devienne une réunion ou un rituel de violence “, a ajouté M. Griveaux, qui a assuré que la déclaration de l’état d’urgence est une véritable option pour prévenir de nouveaux actes de violence comme celui de ce samedi, qui a fait 110 blessés et 287 détenus.

Castaner a expliqué samedi que les autorités avaient pris des mesures pour assurer la sécurité et la défense, mais que des groupes extrêmement violents, organisés et déterminés avaient été impliqués.

Cependant, il a également reconnu que le gouvernement avait commis une erreur dans la manière dont il avait communiqué ses plans pour s’affranchir de la dépendance au pétrole, la politique qui a conduit à une augmentation des taxes sur les carburants et qui a suscité les protestations actuelles.

Macron, dans l’Arc de Triomphe

Emmanuel Macron a visité ce dimanche l’Arc de Triomphe pour vérifier les dommages subis par le monument, symbole de la République, qui a été vandalisé le samedi lors des manifestations. Le chef de l’Etat, accompagné de Castaner, a rendu hommage à la tombe du soldat inconnu, qui représente tous les Français morts au cours de la Première Guerre mondiale, souillé hier par les émeutiers qui y ont laissé des canettes de bière et autres objets.

Macron est revenu immédiatement en France après avoir participé au sommet du G20 à Buenos Aires pour dégénérer la manifestation contre la hausse des taxes sur le carburant qui a transformé la capitale en champ de bataille. Le président et le ministre sont entrés dans le monument pour vérifier qu’il n’y avait pas de dommages, y compris une statue brisée de Marianne, une figure allégorique de la République française, de graves dommages à la boutique du musée, ainsi que des peintures sur la façade de l’arche qui ont commencé à être couvertes ce matin.

Ce samedi, le ministère français de l’Intérieur a mis à jour le nombre de personnes arrêtées au cours de la journée de manifestations, ce qui s’est traduit par 412 arrestations au niveau national et 133 blessés, dont 23 membres des forces de l’ordre.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *