La Finlande, où l’économie circulaire est une question d’État

Publié par Simon Taquet le janvier 9, 2019 | Maj le janvier 9, 2019

Cette planète est la seule que nous ayons est une idée cystique comme un mantra en Finlande. Rien n’est laissé au hasard dans les pays nordiques, pas même les déchets. Des montagnes de déchets s’amoncellent à la périphérie de la capitale, Helsinki, pour le plus grand plaisir des oiseaux qui apportent une pincée de vie à quelque chose qui est déjà mort. Des centaines d’oiseaux planent au-dessus des déchets organiques – dans le centre de traitement des déchets d’Ämmässuo de la société HSY – disposés apparemment sans signification mais qui, en réalité, obéissent à l’arbitraire de quelqu’un qui facture pour la distribution des déchets d’une certaine manière. Cette personne facilite la tâche d’une entreprise qui transforme les déchets en énergie ; cette entreprise fournit de l’énergie propre à une partie de la Finlande ; qui reçoit l’approvisionnement sait déjà que HSY a sorti la lumière qui fait cuire ses aliments et décide de recycler les restes de ces aliments ; elle retourne chez HSY ; le cycle recommence. Et ainsi de suite : ce n’est qu’un exemple parmi d’autres du modèle d’économie circulaire mis en œuvre en Finlande, premier pays au monde à avoir une feuille de route pour une utilisation efficace et durable des ressources.

Paula Lehtomäki, son explication

L’économie circulaire est l’un des cinq principaux objectifs du gouvernement, explique Paula Lehtomäki, chef du cabinet du Premier ministre. Et continuez : “C’est notre responsabilité de développer ces solutions. Ainsi, de la part des institutions étatiques, la Finlande mise fermement sur une utilisation et un recyclage efficaces des ressources, afin que rien ne soit gaspillé. HSY n’est qu’un exemple parmi d’autres de ce pari des entreprises finlandaises (et des gouvernements), qui possèdent la plus grande usine de traitement des déchets dans les pays nordiques. Et, également, la société Vantaa Energy, une société énergétique appartenant aux villes de Vantaa et d’Helsinki qui approvisionne plusieurs municipalités, en plus d’exporter en Estonie et en Suède. Même cette entreprise montre chaque jour sa fierté d’avoir une usine pionnière dans l’économie circulaire, dont la plus grande, en dehors de la capitale, a coûté 300 millions. Un montant assumable ? disent-ils ? pour être au sommet du mouvement.

Malgré les efforts entrepreneuriaux, le joyau de la couronne du pays, sa “fierté et sa joie”, est le fonds d’innovation Sitra. Il ne s’agit pas seulement d’un mécanisme d’investissement, mais d’un défi maintenu dans le temps. Sitra soutient les projets d’économie circulaire les plus innovants, durables et efficaces de Finlande – avec un budget annuel de 30 millions d’euros – pour façonner l’avenir. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas seulement d’un effort économique mais aussi social pour une région qui vise à être la référence en la matière en 2025. “Nous aspirons à un avenir juste et durable. En d’autres termes, l’ère suivante de l’aide sociale”, explique un porte-parole de Sitra.

Sitra a été conçue comme un fonds, désormais “indépendant”, pour favoriser, entre autres, l’économie circulaire

De même, les bonnes intentions ne sont pas venues d’initiatives privées. Il y a plus de 50 ans, le Parlement finlandais a créé Sitra pour promouvoir ce nouveau modèle de société durable et moderne qu’il aspire à être. Depuis lors, le fonds est sous le contrôle du Parlement et ses décisions sont supervisées par celui-ci, bien que Sitra insiste pour dire qu’elles sont “indépendantes”. Une demi-vérité, puisque le gouvernement n’a pas le pouvoir d’influencer ce véhicule d’investissement, mais le Parlement, qui est aujourd’hui très fragmenté avec de nombreuses options politiques, l’a.

Fleuron de l’économie circulaire finlandaise, Sitra répond également aux normes de l’ONU en matière d'”investissement responsable et efficace” tout en essayant d’impliquer toutes les sphères sociales : “Nous devons tous nous impliquer dans la transition et accélérer la communauté mondiale pour qu’elle devienne la nouvelle norme et ouvre la voie à un changement social complet. La Finlande, par exemple, s’est fixé le défi de cesser d’utiliser le charbon pour produire de l’énergie d’ici 2029 et a proposé des subventions de 90 millions pour les entreprises qui abandonneront leur utilisation d’ici 2025.

Le gouvernement est clair que les solutions envisagées “ont un grand potentiel par rapport au PIB”. Quant à l’économie finlandaise, on estime que l’économie circulaire augmentera le PIB de 1,5 % d’ici 2030 et générera 75 000 emplois supplémentaires d’ici là.

Problème politique

L’un des principaux obstacles pour atteindre l’objectif de devenir leader en 2025 est précisément la politique. L’exécutif s’est moqué du gaspillage des déchets, bien que certains députés du Parlement ne maintiennent pas cette position. “Il y a des partis qui ne sont pas si enthousiastes “, dit Lehtomäki, poursuivant que ” la position du gouvernement est la position majoritaire, que nous avons un rôle important à jouer. La preuve de l’engagement – non unanime au niveau des partis politiques – est qu’en 2017, le pays a accueilli le premier Forum mondial sur l’économie circulaire, qui a réuni plus de 1 300 spécialistes du secteur, chiffre qui a été réduit dans l’édition 2018, basée au Japon.

Finlande est synonyme d’innovation et sa responsabilité pour le futur du pays couvre le présent mais surtout l’avenir. Pour cette raison, Sitra participe à plus de 20 projets éducatifs sur le sujet qui ont déjà apporté de la valeur à ses jeunes : 73 500 étudiants et 1 800 enseignants y ont participé -jusqu’en novembre-. Tout cela dans le but que “les générations futures grandissent comme des natifs de l’économie circulaire”. Tout comme le philosophe argentin Alejandro Piscitelli a inventé le terme “digital native” pour parler de ceux qui sont nés immergés dans l’Internet et la technologie, la Finlande veut être considérée comme le pays qui a donné naissance au terme “native of the circular economy”, c’est-à-dire ceux qui assument depuis l’enfance la culture d’une utilisation efficace des ressources.

1,5 pour cent est ce que le PIB de la Finlande augmenterait d’ici 2030 grâce à l’effet de l’économie circulaire

Aujourd’hui, c’est un objectif ambitieux, comme les porte-parole des sociétés HSY (déchets-énergie), Vantaa Energy (énergie), Sulapac (emballage) et Valio (produits laitiers) le reconnaissent, mais dans la tentative leur illusion est née. Tous envoient un message au gouvernement pour mettre un frein au gaspillage des ressources, car, à l’unisson, ils sont conscients que la révolution est encore dans une phase naissante.

Les entreprises exigent une politique gouvernementale pour changer non seulement la mentalité des entreprises mais de la société en général. Certains répètent – dans la sphère publique – que la rébellion contre les déchets sous-utilisés a déjà fait évoluer les citoyens, mais les entreprises sont conscientes que le changement social exige des efforts durables pour le mener à bien. Il ne suffit pas de montrer les trottoirs d’Helsinki sans traces de déchets, ni que ses balayeuses n’aient à peine besoin d’un petit seau pour ramasser les déchets, ni de payer le citoyen pour recycler les bouteilles. La réalité est que la route est encore à mi-chemin. C’est ce qu’atteste une promenade près du port de la capitale, où l’eau et les ordures entrent en collision avec un brise-lames. Une question d’état, mais avec des bords à polir.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *