Si les humains veulent coloniser la Lune, c’est-à-dire rester sur le satellite pendant des décennies, ils devront exploiter leurs propres ressources pour survivre. Et cela nécessite des cultures qui apportent un soutien vital aux pionniers. La Chine a annoncé un pas important dans cette direction, en faisant germer pour la première fois une graine sur la Lune. Un petit plant de coton est devenu un tube à bord de la sonde Chang’e 4, le premier à atterrir sur la face cachée de notre satellite dans l’histoire de l’exploration spatiale.

Il est possible de faire pousser sur la Lune

Ces plantes n’ont pas été les premières à pousser dans l’espace : une équipe de la NASA a déjà fait fleurir des zinnias sur la Station spatiale internationale (ISS) en 2016. Auparavant, les pois, le blé et d’autres légumes verts feuillus étaient cultivés prêts à la consommation humaine. Cependant, comme l’ont expliqué des scientifiques de l’Université de Chongqing (sud-est de la Chine), c’est la première expérience de biosphère réussie sur la Lune.

La sonde Chang’e 4, qui a atterri sur la face cachée de la lune le 3 janvier, transportait des graines de coton, du colza, des pommes de terre et de l’arabidopsis (plante modèle pour les expériences), ainsi que des œufs de mouches des fruits et des levures, dans le but de créer une “simple mini sphère”, selon l’agence Xinhua. L’objectif était de tester la capacité agricole dans un environnement extrême, crucial pour les futures missions spatiales à long terme et la conquête d’autres mondes du système solaire, comme Mars.

Les images envoyées par Chang’e 4 montraient ce mardi un bourgeon de coton qui avait poussé avec succès, la seule graine qui a réussi à germer à ce jour. C’est un véritable espoir, car sa culture n’est pas facile : les températures à la surface de la lune peuvent dépasser 100ºC le jour et chuter à 100ºC la nuit, en plus de recevoir plus de rayonnement solaire et de présenter une sévérité moindre que sur Terre.

Dans un cylindre

Pour cette raison, l’équipe avait conçu un conteneur qui maintiendrait la température entre 1 et 30 degrés, permettant l’entrée de la lumière naturelle et l’approvisionnement en eau et en nutriments pour les plantes, selon le journal de Hong Kong South China Morning Post et fait écho à l’agence EFE. Ce dispositif, un cylindre en aluminium de 18 centimètres de haut et 16 centimètres de diamètre, pèse 3 kilos et coûte plus de 10 millions de yuans (1,29 million d’euros).

Maintenant, il faudra vérifier si la tige pousse jour après jour, ce qui démontrerait sa résistance aux redoutables radiations. Si vous le faites pendant longtemps, il pourrait produire la reproduction de la plante et vous connaîtriez les effets du rayonnement sur elle. Si ça dure des mois, peut-être qu’un jour nous aurons de magnifiques champs de coton blanc sur la Lune.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici