Comme un pion dans une partie d’échecs, un autre Canadien est tombé en Chine au beau milieu d’une crise diplomatique sur l’affaire Huawei. Robert Schellenberg a été condamné à mort hier pour trafic de drogue par un tribunal de Dalian, dans le nord du pays, dans la province côtière du Liaoning, selon The Globe and Mail. Arrêté le 3 décembre 2014, alors qu’il était dans un avion à Canton (Guangzhou) sur le point de décoller pour la Thaïlande, Schellenberg a été condamné en novembre dernier à 15 ans de prison pour complicité d’un gang qui faisait le trafic de 222 kg de méthamphétamine.

Robert Schellenberg canadien est condamné à mort

Mais le 29 décembre, au beau milieu d’un différend diplomatique au sujet de l’arrestation par le Canada de la fille du fondateur de Huawei et vice-président de la compagnie, Meng Wanzhou, une cour supérieure a ordonné un nouveau procès après que l’accusation eut présenté de nouvelles preuves.

Lors d’une audience orale d’une seule séance, dont les délibérations n’ont duré qu’une heure à peine, les juges ont condamné hier Schellenberg en tant que “membre central” d’un gang de trafiquants de drogue dont d’autres citoyens chinois faisaient partie. Comme preuve, l’accusation avait soumis des relevés numériques de transactions bancaires et un appel téléphonique à un trafiquant de drogue chinois condamné à mort, mais sa peine avait été suspendue pendant deux ans.

Trompés par le traducteur

Schellenberg a nié connaître cette personne et a également nié le témoignage principal contre lui, qui était celui de son traducteur, Xu Qing. Sans le regarder en face, il a assuré qu’il lui avait demandé d’acheter des sacs en plastique et des ciseaux pour cacher la drogue dans les roues. Devant une telle incrimination, Schellenberg a déclaré qu’il n’était qu’un touriste qui avait été trompé par le traducteur et un gang de criminels.

Quoi qu’il en soit, cette condamnation aggrave la crise entre le régime autoritaire de Pékin et le gouvernement d’Ottawa sur le “cas Huawei”. Depuis que son ” héritière “, Meng Wanzhou, a été arrêtée à Vancouver sur ordre d’extradition des États-Unis, qui l’accusent de violer les sanctions contre l’Iran, au moins treize Canadiens ont été arrêtés en Chine. Bien que la plupart d’entre eux aient été libérés, deux d’entre eux sont toujours détenus dans un lieu secret sans avoir accès à un avocat pour “atteinte à la sécurité de l’État”.

Sous un régime où la justice n’est pas indépendante, ces affaires ont dynamisé les relations avec le Canada, où Meng Wanzhou a comparu le mois dernier avec son avocat devant un tribunal qui lui a accordé une caution. “Nous sommes préoccupés (…) par le fait que la Chine a commencé à appliquer arbitrairement la peine de mort, en tant que visage canadien dans cette affaire “, a critiqué le premier ministre Justin Trudeau.

Pendant que votre pays intercède, Schellenberg a dix jours pour faire appel. La Chine a déjà exécuté d’autres étrangers, dont deux Canadiens, plusieurs Philippins, un Japonais et un Britannique, pour trafic de drogue, mais cette affaire ressemble à des représailles pour l’arrestation de “l’héritière” de Huawei.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici