La Casa de Papel : Pourquoi Tokyo est narratrice de la série ?

0
La Casa de Papel : Pourquoi Tokyo est narratrice de la série ?
Source : Andrea Raffin / Shutterstock.com

Alors que Netflix vient de diffuser la quatrième saison de la Casa de Papel, ainsi qu’un documentaire qui décrypte le phénomène, il est temps de revenir sur les personnages, en particulier celui de Tokyo. En effet, qu’on l’aime ou qu’on la déteste, la très charismatique Úrsula Corberó qui campe le rôle a su nous faire vibrer tout au long de ces 38 épisodes.

Mais pourquoi a-t-elle été choisie parmi tous ces personnages hauts en couleur pour narrer l’histoire ? C’est ce que nous allons expliquer.

Le professeur voix off ?

Au début, dans les premières versions du scénario, c’était le professeur qui devait raconter l’histoire de son point de vue. Quoi de plus logique que de donner la parole à l’instigateur du braquage, celui qui a rassemblé toutes ces personnes, qui les a briefé cinq mois durant ?

Si l’idée paraît bonne sur papier, l’équipe de la série l’a vite délaissée. En effet, selon eux, cela donnait au personnage un aspect trop prétentieux, égocentrique. C’est à l’opposé de ce qu’est le personnage. Asocial, reclus, hors du temps, un peu timide, il aurait été contradictoire d’en faire le narrateur.

Le second choix s’est alors porté sur Moscou. Là aussi, l’idée a été abandonnée. Le problème ? C’est un homme. Or, les hommes sont plus « froids », plus virils, moins passionnés.

Une série très féminine et féministe

Ce que voulaient les scénaristes pour la Casa de Papel, c’est un braquage ou les émotions, les sentiments, prennent le pas sur le reste. Cela va à l’encontre de ce qui se fait habituellement, et permet de jeter un regard neuf sur ce style d’histoire. En effet, qui parle des tensions, des difficultés, de ce que ressentent les personnages lorsqu’ils braquent une banque ?

Et pourtant, la charge émotionnelle lors de ces moments est plus que présente.

Le meilleur choix est alors de faire parler une femme, d’autant que les personnages féminins dans la série sont très importants et très forts. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de série féministe, tant elles osent prendre le dessus et se mettre en avant face aux hommes. Et avec ce thème, c’est exceptionnel.

C’est d’ailleurs une des raisons du succès de la série, ce qui fait son originalité et son principal atout. Au milieu d’hommes plus ou moins misogynes, les filles arrivent à s’imposer, à faire passer leurs idées. Une sorte de révolution à l’intérieur de la révolution. Mais pourquoi Tokyo, alors que les autres personnages féminins sont eux aussi très forts ?

Tokyo pour raconter l’histoire, une évidence pour Netflix

Le choix de Tokyo pour faire la voix off et raconter l’histoire de la Casa de Papel n’est pas un hasard. Le personnage est en effet celui qui sait tout : l’histoire de ses compagnons, la préparation du braquage, celle qui sait aussi ce que ressentent les autres protagonistes, ce qu’ils vivent, quels sont leurs doutes, leurs peines, leurs espoirs. Il fallait un narrateur omniscient, et le rôle de Tokyo était tout indiqué pour ça.

Très proche du professeur, Tokyo est également très sensible, emphatique et à fleur de peau. C’est aussi l’un des braqueurs les plus imprévisibles. C’est cette sensibilité qui est exploitée pour relater à l’écran ce qui se vit vraiment pendant cet événement. Autre théorie moins officielle, mais assez intéressante : Tokyo et le professeur sont pareils.

Si ce dernier se cache derrière une grande rigidité et qu’il semble sûr de lui, il est également aussi instable que sa recrue. Très sensible, il peut commettre des erreurs à cause de ses émotions, tout comme Tokyo.

Même si ce n’est pas flagrant, quand on y regarde de plus près, ils sont pareils. Tokyo est donc le personnage parfait pour nous raconter leur histoire.

Source : Andrea Raffin / Shutterstock.com

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici