La bande-annonce du film “Le Chardonneret” avec Nicole Kidman, d’après le roman du même nom du Prix Pulitzer

Publié par Jerome le mai 31, 2019 | Maj le mai 30, 2019
le chardonneret

L’un des films les plus attendus de cet automne est ” Le Chardonneret “, un film basé sur le roman du même nom de Donna Tartt, qui a remporté le prix Pulitzer en 2014, avec Nicole Kidman et Ansel Elgort et qui sortira dans les salles américaines le 13 septembre, alors qu’en Italie il faudra attendre le 10 octobre. L’intrigue, complexe et convaincante, doit refléter fidèlement celle du best-seller qui a fait vibrer des millions de lecteurs dans le monde.

Le Chardonneret avec Nicole Kidman et Ansel Elgort

Si s’aventurer dans le tournage de best-sellers internationaux est devenu une habitude de hollywood, il n’est jamais facile de répondre aux attentes du public, surtout si le texte en question a été largement apprécié et que son auteur a reçu le Prix Pulitzer. En quelques lignes, nous avons raconté l’histoire de “The Goldfinch”, le livre écrit par Donna Tartt, récompensé par le Pulitzer pour la fiction en 2014 et qui est maintenant devenu un film réalisé par John Crowley, dont la première bande annonce vient de sortir. 

Références au roman

Le film, mettant en vedette Nicole Kidman et Ansel Elgort, sera projeté dans les cinémas américains le 13 septembre, tandis qu’en France, il arrivera à l’automne, mais vu la proximité de sa sortie aux États-Unis avec le Festival du film de Venise, on espère qu’il sera présenté en première au festival du film Lagoon. Le titre du roman, et par conséquent aussi du film, est tiré d’un tableau de 1654 de Carel Fabritius, et est actuellement exposé au Mauritshuis de La Haye, aux Pays-Bas, qui représente l’oiseau homonyme piégé sur une perche et qui deviendra un avertissement, une obsession pour le héros de l’histoire.

L’intrigue du film

L’histoire se déroule à New York et voit l’entrelacement de nombreux personnages et événements. Le protagoniste est Theodor Decker, un garçon dont la mère est morte lors d’une attaque contre le Metropolitan Museum, un événement qui a conditionné sa vie à jamais et pour lequel il continuera à se sentir coupable au fil des ans. Le moteur de toute l’histoire et de la croissance personnelle de Théo, racontée dans le livre et dans sa transposition cinématographique, est précisément l’attaque qui l’amènera à avoir une soif continue de rédemption, au point de ressentir le besoin de se changer continuellement, se trouvant au centre des aventures les plus disparates, qui le mèneront à Las Vegas, la ville où son père vit assez peu, et New York. Et c’est précisément dans la métropole par excellence qu’il rencontrera un antiquaire qui l’envoûtera, l’initiant au monde du faux art et à son métier. Évidemment, ce n’est pas l’amour qui manque pour rendre l’histoire encore plus fascinante et complète. Le jeune Théo vivra dans la mémoire constante d’une jeune fille rousse qu’il a rencontrée le jour de cet événement tragique.

Noms des acteurs et de la production

Au-delà de la mise en scène de John Crowley, le scénario est de Peter Straughan, qui peut se vanter de collaborations avec de grands films comme L’Affaire Rachel Singer, Le Bonhomme de neige et La Taupe de Thomas Alfredson, en nomination pour un Oscar et gagnant d’un BFTA. La distribution sera remplie d’acteurs de valeur, tels que Jeff Wolfhard dans Stranger Things, Luke Wilson et Jeffrey Wright. Le film a été produit par Warner Bros.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *