L‘Organisation des consommateurs (OCU) a averti mardi que des produits tels que le jus d’aloès, les suppléments de thé vert, les algues, le Lentin du Chêne et les boissons “détox” mal nommées sont sous enquête et peuvent causer des dommages excessifs. Afin de prévenir ou de minimiser les effets négatifs possibles de ces aliments, l’OCU recommande de les consommer de manière modérée et occasionnelle et dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée.

Les informations utiles sur les produits à aloe vera ou le thé vert

L’organisation de consommateurs offre de l’information sur cinq de ces produits liés aux nouvelles tendances alimentaires : l’aloe vera dans les boissons et les suppléments, les smoothies à la feuille verte, les champignons Lentin du Chêne crus, les algues marines et les suppléments au thé vert.

Aloe Vera dans les boissons et les suppléments : L’aloïne, l’un des composants de cette plante, semble favoriser la fonction intestinale ou a un effet laxatif. Toutefois, la même substance peut devenir toxique à partir de certaines doses qui font encore l’objet d’études. Jusqu’à présent, il n’a pas été possible d’établir une dose journalière sûre sur les êtres humains. En outre, de nombreux pays européens ne disposent pas de systèmes de surveillance adéquats pour permettre le contrôle de cette substance.

D’autre part, la production de ces jus et boissons est parfois entre les mains de petits producteurs qui ont très peu d’informations sur le processus.

Smoothies de feuilles vertes : beaucoup des bienfaits attribués à ces jus élaborés avec des fruits et légumes de feuilles sont démesurés ou n’ont pu être démontrés scientifiquement, comme leur potentiel “détox” ou dépurative.

Sur le plan de l’innocuité, la consommation d’acide oxalique, une substance toxique naturellement présente dans les légumes à feuilles, comme les épinards ou le chou frisé, est particulièrement préoccupante. L’EFSA indique qu’un apport quotidien de plus de 180 mg de ce composé augmente le risque de formation de calculs rénaux (une ration de 250 ml de smoothie serait suffisante pour dépasser cette limite) et sa présence a été associée à une absorption réduite d’autres minéraux comme le calcium, le fer ou le potassium. Cependant, lorsque ces légumes sont pris bouillis, les niveaux oxaliques sont réduits de 30 à 87%.

La teneur en nitrates de ce type de boisson est également préoccupante, car les légumes verts feuillus atteignent des concentrations plus élevées que les autres légumes, ainsi que la possibilité que les légumes contiennent des bactéries ou virus, dans la mesure où ils ne subissent aucun traitement thermique ou n’ont été conservés par les organismes qui les produisent.

Champignon Lentin du Chêne : de plus en plus de cas de dermatites ont été rapportés en France suite à la consommation de ce champignon insuffisamment cuit. La cause en est le lentinan, un sucre typique des champignons, qui est inactivé lorsqu’il est cuit à la chaleur. Les symptômes, avec l’apparition de griffures, durent entre 3 et 21 jours et certains patients doivent être traités avec des corticoïdes ou des antihistaminiques, ou les deux.

Algues : la consommation d’algues a augmenté en partie en raison de l’idée répandue qu’elles sont saines. Les Japonais sont adaptés à leur consommation, mais dans d’autres populations où les algues ne font pas partie de l’alimentation traditionnelle, la consommation régulière de cet aliment pourrait entraîner une intoxication si les doses recommandées d’iode sont dépassées.

En outre, lorsqu’ils sont utilisés dans l’agriculture ou l’élevage, ils présentent un risque de toxicité pour les animaux et de contamination du sol, car ils contiennent des niveaux élevés de métaux lourds, comme l’arsenic.

Enfin, les algues causent les problèmes environnementaux du milieu marin : elles peuvent être porteuses de polluants chimiques ou microbiologiques.

Suppléments de thé vert : il n’y a aucun danger à consommer des infusions de thé vert ou des boissons à base de thé vert. Cependant, il pourrait y avoir dans les extraits hautement concentrés de thé vert vendus sous forme de suppléments aux prétendues propriétés antioxydantes, puisqu’une dose de catéchines supérieure à 800 mg par jour est associée à une atteinte hépatique. Dans l’attente d’études complémentaires, l’EFSA recommande aux fabricants de notifier la posologie des catéchines figurant sur l’étiquetage des compléments. Le BCU fournit plus d’informations à ce sujet sur ce lien.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici