Julian Assange n’est plus rédacteur en chef de WikiLeaks

Publié par Jerome le octobre 20, 2018 | Maj le octobre 20, 2018

Le fondateur de WikiLeaks s’est depuis 2012 enfermé dans l’ambassade de l’équateur qui se trouve à Londres. Ce dernier décide de laisser sa fonction de rédacteur à l’ancien porte-parole de l’organisation.

Julian Assange le fondateur de WikiLeaks n’est plus rédacteur en chef du site qu’il a fondé en 2006. C’est désormais, l’ancien porte-parole de l’organisation Kristinn Hrafnsson qui occupe ce poste. Mais c’est toujours Julian Assange qui valide toutes les publications.

Depuis 2018, les choses ont commencées par se compliquer pour le fondateur de WikiLeaks. Le non accès à son compte twitter en est une preuve palpable. Son compte twitter est utilisé en extrême urgence juste pour rentrer en contact avec ses avocats. Julian Assange a désobéi aux autorités équatoriennes en faisant un commentaire politique, c’est pour cette raison que sa connexion internet et son réseau de communication ont été coupés.

Voici un bref résumé pour ceux qui ne connaissent pas les raisons qui ont poussées le cyber-militant à se réfugier à cet endroit.

Julian Assangne a commencé cette vie depuis août 2010 où il était recherché pour des accusations de viols par l’Interpol et les autorités suédoises. Après des mois de diserte, il décide de coopérer et se rend à la police de Londres. Un juge britannique valide son extradition en février 2011 pour la suède . Julian Assangne n’avait plus le droit de faire appel à la cour suprême Anglaise, et pour esquiver son extradition, il demanda refuge à l’ambassade de l’équateur qui se trouve à Londres. Il atteint son objectif le 19 juin 2012 et depuis ce temps, il a fait de cet endroit sa maison.

Kristinn Hrafnsson le nouveau rédacteur en chef du site WikiLeaks a été nommé sans conséquence majeur sur la ligne éditoriale du média.

Cependant, l’entreprise wikiLeaks traverse une mauvaise phase à cause d’un procès contre le comité démocratique National des Etats-Unis. L’organisation serait accusée d’avoir aidé la Russie en 2016 à voler les informations des présidentielles. C’est suite à la publication de 20 000 e-mails par le site, que les votes ont basculés en défaveur de la  candidate Hilary Clinton. Par la suite, la justice Américaine a réussi à prouver que 12 espions russes avaient volés des informations de 500 000 votants.  La justice avait aussi réussi à prouver que des articles ont été envoyés dans l’objectif d’influencer le résultat des élections.

Enfermé dans l’ambassade, jusqu’à s’en faire extrader ?

Julian Assange a avec le temps fait de l’ambassade sa maison puisqu’il ne la quitte pas malgré le fait qu’il n’est plus poursuivi par la police pour cette affaire de viol. Avec toutes ces années passées dans cette ambassade, il est devenu citoyen équatorien en 2018, mais les dirigeants du pays ne veulent plus de lui et pensent déjà à comment l’expulser. Même si l’affaire de viol est classé sans suite, il sera arrêté par les autorités britanniques et ensuite extradé au Etats-Unis s’il quittait les lieux.

Aujourd’hui les journalistes font très attentions aux informations divulguées par wikiLeaks, y compris Numerama. Le nouveau rédacteur en chef avait divulgué des vidéos de bavures mortelles que l’armée des Etats-Unis avait effectuées en Irak. A cette époque, wikiLeaks disposait d’une bonne réputation de  lanceur d’alerte.

Le fondateur de wikiLeaks Julian Assange aurait pu être nommé diplomate Equatorien en 2017. Mais, il a décidé de refuser l’offre car de toutes les façons, les autorités Britanniques s’y seraient opposés puisqu’il  y a toujours un mandat d’arrêt contre lui.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *