Ju-On : Origins : 7 questions que l’on se pose sur la série

Culture Films et série TV Ju-On : Origins : 7 questions que l'on se pose sur la...

La série Ju-On : Origins est disponible sur Netflix depuis le 03 juillet. Angoissante, terrifiante et gore, elle aborde les origines de la malédiction japonaise liées à une maison hantée, lieu de nombreux massacres. Si vous aussi vous vous-posez des questions sur la série, consultez notre article. Nous répondons à 7 questions laissées en suspens.

7 questions laissées en suspens dans la série Ju-On : Origins

Qui est Ju-On ?

Ju-On, c’est la malédiction d’un (ou de plusieurs) esprit(s) vengeur(s), les onryō, imaginée par le japonais Takashi Shimizu et inspirée de faits réels. Créant une véritable franchise horrifique, la saga compte en tout 8 films dont les deux remakes américains The Grudge en plus de cette série, Ju-On : Origins, disponible sur Netflix. Le premier film prévient qu’une malédiction qui naît dans un lieu lorsqu’une personne y meurt alors qu’elle se trouve dans une puissante colère. Toute personne qui entre alors dans ces lieux meurt et perpétue ainsi la malédiction, dramatique et sanglante.

Pourquoi ne voit-on pas l’enfant qui miaule ?

La série aborde l’histoire de 3 protagonistes, avec toujours cette même famille victime de la malédiction que nous découvrons dans les films. Une mère et son fils se font assassiner brutalement par le mari. Il brise le cou de sa femme et noie le petit garçon avec leur chat de compagnie dans la baignoire de la salle de bain. Depuis, les personnes entrant dans cette demeure sont confrontées aux esprits vengeurs y résidant, entre bruits de gorge et miaulements de chat. Cependant, la série ne se voulant pas être un “simple” remake de ses prédécesseurs, nous ne voyons plus le petit garçon tant angoissant qui miaulait dans The Grudge.

Pourquoi la malédiction ne touche pas les policiers et les agents immobiliers ?

La malédiction semble donc prendre son origine dans le tout premier assassinat vécu dans la maison : la mère violée à qui son bébé est enlevé par son agresseur. Il semblerait donc possible que son esprit vengeur s’attaque plutôt aux femmes enceintes ou mères de jeunes enfants, ainsi qu’aux couples.

De plus, les policiers et les agents immobiliers amenés à venir dans la maison n’y font que passer. Ils ne viennent pas envahir les lieux, mais amènent indirectement de nouvelles victimes. En tant qu’hommes, ils sont moins susceptibles d’être visés par les esprits vengeurs.

Est-ce le fœtus qui est la malédiction ?

Ce serait plutôt la mère du fœtus l’origine de la malédiction. La toute première victime de la maison…

La toute première victime de la malédiction, c’est une femme kidnappée et séquestrée dans cette maison. Son ravisseur l’aurait violentée sexuellement et violée. La victime, tombée enceinte lors de sa captivité, serait décédée après avoir mis au monde l’enfant, emporté par le kidnappeur et père du bébé. La colère et la rage ressentie par cette femme qui a perdu et la vie, et son enfant, serait à l’origine de la malédiction de la maison et de sa soif de vengeance insatiable.

Qui est l’homme pendu que l’on voit dans la maison ?

Une des familles victimes de la malédiction hante encore la maison. En découvrant dans le journal intime de sa femme que cette dernière l’a trompée, un mari et père de famille se laisse emporter par sa rage et sa colère. Il tue sa femme Kayako en lui brisant le cou, et noie son fils Toshio (et le chat) dans la baignoire. Après ces meurtres, il se donne la mort en se pendant dans la maison, c’est donc lui que l’on voit pendu dans la maison.

Pourquoi ne brûlent-ils pas la maison ?

Il semblerait que la malédiction s’étende plus loin qu’à la maison hantée. Toute personne ayant été en contact avec l’esprit vengeur serait donc liée à la malédiction. Takashi Shimizu, le créateur de la franchise horrifique Ju-On aurait réfléchi avec ses équipes à une façon de stopper cette malédiction, mais ils n’auraient pas trouvé de dénouement cohérent et cette dernière ne pourrait donc pas être vaincue, pas même en détruisant la maison ou en la brûlant. Dans la série, Naoko tente de mettre fin à ce cycle infernal avec un rituel, mais étant elle-même tuée sous le coup de la folie, elle devient un onryō à son tour et poursuit le massacre en tuant Max. Tetsuya meurt également après avoir été en contact avec les esprits vengeurs, et pourtant, elle ne se trouvait plus dans la maison.

Pourquoi l’enquêteur de paranormal n’est-il pas mort ?

Yasuo (Yoshiyoshi Arakawa), l’enquêteur de paranormal, ne semble pas toucher de la même manière par la malédiction. Il revit sans cesse de traumatisants souvenirs d’enfance. Par contre, il est visiblement affecté depuis son passage dans la maison. La malédiction le poursuit, s’imprègne de lui et lui “construit” d’autres souvenirs horribles dont il fait la promotion. Créant de la curiosité chez ses lecteurs, il les induit indirectement vers la maison hantée, perpétuant le cycle avec ces potentielles nouvelles victimes. Il serait une sorte d’intermédiaire avec la maison.

Consultez notre dernier article pour découvrir l’origine de cette franchise horrifique japonaise connue sous le nom de Ju-On. Et pour encore plus de frissons, nous vous proposons les meilleures séries horrifiques à voir absolument sur Netflix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -