“Je mettrai fin à la corruption et à l’impunité qui entravent le développement du Mexique.”

Publié par Simon Taquet le décembre 5, 2018 | Maj le décembre 5, 2018

Andrés Manuel López Obrador, connu sous son acronyme AMLO, a été investi aujourd’hui comme nouveau président du Mexique, poste qu’il conservera pendant les six prochaines années jusqu’en 2024. “Un changement de régime politique commence”, a annoncé le nouveau président lors de la cérémonie d’investiture au cours de laquelle il a promis de plonger le pays dans une période qu’il appelle la “quatrième transformation” du pays, c’est-à-dire de commencer un moment historique comme la première indépendance, la deuxième réforme et la troisième révolution.

Qu’est ce qui se passe au Mexique ?

“La corruption et l’impunité qui empêchent le développement du Mexique vont cesser,” ajoute ce vieux routier politique tabasco de 65 ans, au moment de l’inauguration. Une lutte contre l’impunité qui touchera tout le monde de la même manière : “Si ma femme et mes enfants commettent un crime, ils seront jugés”, a-t-il dit. Et cela vaut aussi pour le président lui-même, “qui peut être jugé même pendant qu’il est en fonction.

Au cours du discours, AMLO a annoncé aujourd’hui la création d’une ” commission vérité pour punir les abus d’autorité et traiter le cas des jeunes disparus d’Ayotzinapa. Un cas qui a mis le Mexique sous les feux de la rampe internationale et forcé Peña Nieto à mettre en œuvre une loi pour les disparus.

Une autre des annonces qu’il a faites est la création à partir du 1er janvier 2019 ” d’une zone franche le long de la frontière avec les États-Unis, qui deviendra la plus grande au monde. Là-bas, la TVA sera réduite à 8%, le RIS sera abaissé à 20% et l’essence coûtera moins cher que dans le reste du pays. Ainsi que l’annulation de la “mauvaise réforme de l’éducation”. En bref, une nouvelle ère politique dans laquelle “les pauvres seront les premiers”.

La cérémonie d’investiture, qui s’est tenue au Palais législatif de San Lázaro, a été suivie par des personnalités distinguées et diverses telles que le roi Felipe VI, le vice-président des États-Unis Mike Pence, le président du Venezuela Nicolás Maduro, ou le président de la Bolivie Evo Morales.

Incertitude grandissante

Avec 53,19% des voix aux élections présidentielles du 1er juillet 2018, AMLO deviendra le premier président du Mexique en plus de 90 ans à ne pas appartenir aux partis PRI ou PAN. Son choix génère donc de l’incertitude parce qu’il rompt avec le “statu quo” de la politique mexicaine depuis près d’un siècle, tout en excitant beaucoup sur la possibilité d’un changement. Sa victoire montre à quel point les Mexicains en ont assez de trois problèmes : la corruption, l’insécurité et la pauvreté. AMLO propose qu’il mette fin à ces trois problèmes sans expliquer clairement comment il y parviendra.

Grâce à l’énorme soutien qu’il a reçu lors des élections, ainsi qu’à la majorité actuellement détenue par son parti Morena au Sénat et à la Chambre des députés, López Obrador dispose d’une énorme capacité et légitimité pour approuver des mesures profondes dans ce pays. Cependant, les changements d’opinion radicaux?en quelques heures ? habituels chez le président génèrent une profonde incertitude quant à la direction que prendra son gouvernement.

Tout au long de sa carrière politique, AMLO s’est caractérisé par une forte rhétorique anti-impérialiste qu’il a modérée ces dernières années. Depuis qu’il a gagné l’élection, il a assuré qu’il veut maintenir d’excellentes relations avec Donald Trump, le président des États-Unis, et a essayé de rassurer les marchés en répétant encore et encore qu’il soutiendra les entreprises et les grandes entreprises au Mexique. De même, pendant des années, il a axé sa carrière politique sur la défense des pauvres, étant donné qu’au Mexique il y a 53,4 millions de personnes en situation de pauvreté, soit 43,6% de sa population. L’investiture de

AMLO met fin au mandat de six ans d’Enrique Peña Nieto, président depuis 2012, un président qui ne remplit pas son objectif, qui était de créer un changement profond dans le pays. L’administration de l’EPN se termine avec plus de 122 300 homicides, la période présidentielle la plus violente du Mexique avec près de 2 000 meurtres par mois.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *