Israël bombarde 80 cibles à Gaza en réponse aux tirs de roquettes

Publié par Jerome le octobre 27, 2018 | Maj le octobre 27, 2018

L’armée israélienne a attaqué environ 80 cibles militaires dans la bande de Gaza ce soir en réponse aux tirs d’au moins 30 roquettes palestiniennes sur le sud du pays. Jusqu’à présent, aucun décès n’a été signalé.

Israël bombarde Gaza

Israël a imputé les attaques au mouvement islamiste Hamas, qui contrôle de facto Gaza mais n’a pas revendiqué la responsabilité des tirs. “En réponse à leurs graves actions, des dizaines d’avions de combat, d’hélicoptères et d’avions de l’armée de terre ont mené une attaque nocturne de grande envergure sur environ quatre-vingts cibles,” annonce une note militaire. Parmi les objectifs, il y a un bâtiment de quatre étages qui, selon l’armée, a servi de nouveau quartier général aux services de sécurité du Hamas dans le quartier de Daraj” à Gaza City. La note indique que le bâtiment était la propriété du Hamas et qu’avant le début de l’attaque, ” les troupes ont demandé à plusieurs reprises aux habitants du bâtiment de partir.

Deux usines d’armement, cinq complexes militaires, un complexe d’entraînement à Rafah, l’entrée d’un tunnel offensif à Jan Yunis et un poste d’observation antiaérien à Beit Lahia ont également été bombardés.

Israël a identifié le lancement d’une trentaine de projectiles depuis Gaza qui a commencé vers 22h00 heure locale (19h00 GMT), dont une douzaine a été interceptée par le système de défense antimissile Iron Dome. Deux sont tombés dans l’enclave côtière et les autres dans des espaces ouverts en Israël.

Dans les communautés israéliennes voisines, des sirènes antiaériennes ont retenti plusieurs fois pendant la nuit, provoquant la fuite de milliers de civils vers des abris, en particulier dans la ville de Sderot et le Conseil régional de Shaar HaNeguev.

Les équipes paramédicales du service d’urgence du Maguen David Adom (David Red Star, MDA) ont soigné sept personnes pour des crises d’angoisse, et deux personnes ont été blessées en courant vers les refuges, a indiqué un porte-parole.

Israël considère que l’attaque est menée ” dans une atmosphère de terreur provoquée par le Hamas dans la zone de la barrière de sécurité et dans des actes tels que les événements de ce soir “. A Gaza, les brigades d’Al Qods (bras armé du Djihad islamique) ont envoyé un communiqué dans lequel elles se disaient “prêtes à toute bataille contre l’ennemi sioniste” et menaçaient de remplir Israël de “roquettes saintes”, dans une éventuelle prise de responsabilité pour le tir des roquettes.

Violence aux frontières de Israël

Cinq Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes lors de la manifestation de vendredi à la frontière de la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

Quelque 16 000 Palestiniens se sont concentrés sur le mur frontalier, comme c’est le cas tous les vendredis depuis le 30 mars, date du début de la Grande marche pour le retour, qui revendique le droit au retour des réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.

Selon le Jerusalem Post, il y a eu au moins deux tentatives pour briser la clôture de la frontière et des manifestants ont lancé des engins explosifs et des pneus en feu sur des agents, qui ont répondu par des tirs réels et des gaz lacrymogènes.

En outre, les forces israéliennes ont mené trois frappes aériennes contre trois cibles du Mouvement de la résistance islamique (Hamas), qui contrôle le territoire palestinien et est accusé par le Gouvernement de Benjamin Netanyahou d’alimenter ces manifestations.

“J’ai dit plus d’une fois que le (Hamas) le contrôle “, a déclaré le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman lors d’une conférence de presse au kibboutz de Kerem Shalom. “Personne ne va à la porte de sécurité. Ils arrivent dans des bus organisés par le Hamas “, a-t-il dit.

Le ministère de la Santé, cité par le journal local, cinq Palestiniens ont été tués par des tireurs d’élite israéliens, tandis que 85 autres ont été blessés.

Depuis le début de la Grande Marche pour le retour, plus de 200 Palestiniens sont morts, tandis que du côté israélien, un soldat est mort.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *