Pourquoi il est irrationnel de nier le changement climatique

Publié par Jerome le novembre 14, 2018 | Maj le novembre 14, 2018

Il y a quelques jours, un site a publié un article sur un rapport de l’Université polytechnique de Madrid qui mettait en garde contre les conséquences que le changement climatique pourrait avoir sur certaines villes en Europe. Comme toujours lors de la publication d’informations sur le réchauffement climatique, de nombreux lecteurs se sont interrogés sur la validité de cette recherche scientifique.

Par exemple, certains ont laissé entendre que les chercheurs sont des ” chauffeurs ” dont le gagne-pain dépend de la manipulation des résultats de leur travail. Ils ont dit que le climat de la Terre a toujours changé, qu’il n’y a pas de consensus scientifique sur cette question. Bref, nombreux sont ceux qui ont fait d’une question scientifique qui fait l’objet d’un consensus quasi absolu, et qui dépend de milliers d’heures d’étude, de preuves, de modèles mathématiques et d’innombrables pages de bibliographie, une question idéologique et politique qui peut être traitée dans un “tuit”.

Ce n’est pas du scepticisme, c’est du négationnisme.

Ce courant d’opinion est parfois identifié au scepticisme, mais il est probablement plus juste de l’identifier au déni. Cette question a été abordée en 2014 par un manifeste dans lequel un groupe de scientifiques de diverses institutions à travers le monde, et qui font partie du Comité d’enquête sceptique, et qui a fait clairement la différence entre les deux positions. “Le scepticisme favorise la recherche scientifique, l’analyse critique et l’utilisation de la raison pour examiner des questions controversées et extraordinaires. C’est la base de la méthode scientifique. Le déni, par contre, est le rejet a priori des idées, sans considération objective.

Je ne peux pas penser à un meilleur moment pour me rappeler l’essence du scepticisme quand les réseaux sociaux favorisent la propagation de la pensée magique des anti-vaccins, de l’homéopathie et de la Flat Earth Society, parmi d’autres beautés. “Tous les individus qui prétendent être sceptiques à l’égard du changement climatique ne sont pas négationnistes. Mais pratiquement tous les négationnistes utilisent le faux surnom de sceptiques. Par cette appellation erronée, les journalistes donnent une crédibilité imméritée à ceux qui rejettent la science et la recherche scientifique.

La différence entre le déni et le scepticisme est claire. Un croyant de la Terre plate dira qu’il y a une grande conspiration pour cacher la vérité que nous vivons dans un “Disque Mondial”, tandis qu’un sceptique voudra lire des sources faisant autorité et enquêter sur les études et les preuves qui abordent le problème.

Non, il n’y a pas de division entre les scientifiques

Les premiers arguments des négationnistes sont qu’il n’y a pas de consensus sur le réchauffement climatique et que les scientifiques ne savent même pas avec certitude s’il va pleuvoir après-demain. Malheureusement, la vérité est qu’il y a un énorme consensus parmi les chercheurs sur ce qui se passe avec le climat. Au vu de ce qui a été publié jusqu’à présent dans des revues scientifiques, au moins 97 pour cent des scientifiques qui étudient le climat et savent donc comment il fonctionne mieux que quiconque conviennent que les tendances au réchauffement enregistrées au cours du siècle dernier ont très probablement été causées par les activités humaines (1). En outre, plus de 200 institutions scientifiques de premier plan dans le monde entier soutiennent explicitement cette position.

D’autre part, la fiabilité relative des prévisions météorologiques, dont dépendent le trafic aérien et maritime et l’efficacité prouvée, n’enlève rien à la valeur de la science climatique. “Le changement climatique est réel. Il y aura toujours de l’incertitude lorsqu’il s’agira de comprendre un système aussi complexe que le climat mondial – les scientifiques ne sont pas un oracle. Toutefois, tout porte à croire qu’un réchauffement important est en train de se produire. Les preuves proviennent de mesures directes de l’augmentation de la température de l’air et des océans, ainsi que de phénomènes tels que l’élévation du niveau de la mer, le recul des glaciers et les changements dans de nombreux systèmes physiques et biologiques” (2).

Ce grand consensus scientifique ne doit cependant pas conduire à considérer le réchauffement climatique anthropique comme une religion, mais doit être un argument de plus pour construire une opinion fondée sur la pensée critique et la raison.

L’homme change le climat

Mais que disent les scientifiques du changement climatique ? Ils considèrent que le climat de la Terre a toujours changé (3). Au cours des 650 000 dernières années, elle a traversé sept glaciations, dont la dernière s’est terminée il y a 7 000 ans, au plus fort de la naissance de la civilisation humaine. Bon nombre de ces changements climatiques sont attribués aux changements de l’orbite de la Terre, aux variations de l’activité solaire et de la quantité d’énergie atteignant la planète, ou à de puissantes éruptions volcaniques. Il y a des millions d’années, l’impact des astéroïdes a radicalement changé le climat de la Terre. En d’autres termes, il est absolument évident que le climat de la Terre change toujours, parce que la planète est en constante transformation.

Cela signifie-t-il que l’homme n’a aucun rôle à jouer dans le climat de la Terre ? Absolument pas. Dire cela reviendrait à dire que, puisque le cancer peut apparaître chez les personnes ayant de saines habitudes, cela montre que le tabac n’est pas cancérigène.

Le changement climatique actuel est dangereux pour nous

On pourrait également soutenir que, si le climat change toujours, nous n’avons aucune raison de nous inquiéter du réchauffement actuel. Le problème est que ” la tendance actuelle au réchauffement est considérée comme particulièrement importante parce qu’elle est extrêmement probable (avec une probabilité supérieure à 95 %) qu’elle résulte de l’activité humaine depuis le milieu du XXe siècle et se produit à un rythme sans précédent “.

En fait, cette vitesse de changement constitue une menace pour les écosystèmes de la Terre et pour la civilisation humaine, dépendante de la nature, car elle rend difficile l’action des processus d’adaptation et de mise en mémoire tampon des écosystèmes, surtout lorsque, en même temps, l’homme détruit la biodiversité et les habitats de la planète. De plus, il est bon de rappeler qu’aucun des changements climatiques précédents n’a affecté notre civilisation actuelle, comme ce serait le cas avec celle-ci. Par conséquent, la situation actuelle pourrait conduire à de profonds changements dans la société, avec “les migrations mondiales, les conflits, les maladies et la mise en danger des systèmes de production alimentaire dans le monde entier” (4).

L’origine de ce changement anthropique est l’effet de serre associé aux gaz émis par l’activité industrielle, animale et agricole. Depuis le milieu du XIXe siècle, les scientifiques ont démontré la capacité du fameux dioxyde de carbone et d’autres gaz (comme le méthane libéré par le bétail et les animaux de rente) à piéger la chaleur grâce à leur capacité de transférer l’énergie infrarouge dans l’atmosphère. Par conséquent, il est scientifiquement incontestable qu’une augmentation des gaz à effet de serre de l’atmosphère doit chauffer la planète en réponse. La question est de savoir dans quelle mesure et à quel rythme, et dans quelle mesure les fluctuations seront amorties par la planète et commenceront à nous affecter ou à affecter d’autres êtres vivants.

Oui, il y a des preuves scientifiques

Il se pourrait, en effet, qu’une grande conspiration mondiale ait décidé de tromper l’humanité avec le changement climatique, et donc de commercialiser des remèdes pour un mal inexistant. Cependant, les multiples avertissements sur le changement climatique, soutenus par 97 des scientifiques, sont basés sur des articles révisés et basés sur des expériences et des données empiriques.

La température moyenne mondiale a augmenté de 0,9ºC depuis la fin du XIXe siècle (5), ce qui n’est pas très spectaculaire, à moins qu’il ne soit souligné que c’est au cours des 35 dernières années que ce réchauffement s’est surtout produit. En fait, depuis 2010, les cinq années les plus chaudes depuis qu’il y a eu des records, avec 2016 à la clé. Huit de ses douze mois ont été les plus chauds de l’histoire. Au cours de cette période, la température moyenne des océans a augmenté de 0,7 °C (6), ce qui indique qu’ils absorbent une partie de cette augmentation depuis 1969.

L’un des résultats les plus évidents est le retrait de la glace dans les océans et les montagnes en été comme en hiver. En moyenne, le Groenland a perdu 281 milliards de tonnes de glace chaque année entre 1993 et 2016 (7). En Antarctique, cette perte s’élève à 119 milliards. Selon les données, la perte de glace a triplé au cours de la dernière décennie. Sur terre, les glaciers du monde entier, des Alpes à l’Afrique en passant par l’Himalaya, battent en retraite (8). Les images satellitaires montrent que la quantité de neige dans l’hémisphère Nord a diminué au cours des cinq dernières décennies et que la neige fond plus tôt (9).

Ces tendances générales n’empêchent pas les variations saisonnières ou ponctuelles avec des hivers ou des jours exceptionnellement chauds ou exceptionnellement froids. En fait, le nombre d’événements météorologiques extrêmes a augmenté (10). Aux États-Unis, le nombre de records de températures élevées et basses a augmenté depuis les années 1950, tandis que de plus en plus de phénomènes ont souffert de pluies torrentielles.

La fonte de la glace dans les glaciers ou sur les masses terrestres des pôles nord et sud a entraîné une élévation du niveau de la mer de 20 centimètres au siècle dernier (11). Ce taux a doublé au cours des deux dernières décennies et il semble qu’il s’accélère légèrement d’année en année.

La psychologie du déni

Malgré le fait que presque tous les scientifiques s’entendent pour parler d’un réchauffement climatique anthropique, beaucoup sont sceptiques ou le nient plus directement. Certains chercheurs ont étudié la psychologie de cette posture. Selon Irina Feygina et Jessica M. Santos, la cause peut avoir des racines profondes. Son origine peut provenir du besoin des gens de croire en un monde juste et stable – une croyance normalement fournie par la religion – qui ne change pas ou qui n’est pas imprévisible. Pour d’autres, la science du changement climatique est une menace qui menace les structures socio-économiques établies ou leur conviction que l’homme doit dominer la nature et la planète. Dans d’autres cas, la cause de ce scepticisme est idéologique, puisque beaucoup de gens s’identifient à des tendances politiques qui se positionnent clairement contre les preuves scientifiques.

La réalité, c’est que peu importe ce que chacun de nous pense, nie ou croit, puisque nos idées n’influencent pas ce qui se passe. Ceux qui essaient d’examiner la nature aussi objectivement que possible, avec toutes les limites que l’homme doit assumer, conviennent que nous assistons à un réchauffement climatique anthropique. Les données et le bon sens indiquent que la planète est une ressource limitée et fragile dont l’avenir, et donc le nôtre, dépend de notre capacité à penser et à agir en conséquence.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *