Les événements se sont déroulés à côté du bâtiment Berlaymont, le siège de la Commission européenne, lorsque plusieurs participants à la manifestation ont lancé des pavés et des clôtures sur la police. la police a répondu avec des gaz lacrymogènes et un canon à eau pour disperser les manifestants. Selon l’agence de presse belge, une vitrine du bâtiment de la Commission européenne a également été endommagée.

Selon la police bruxelloise, 5.500 personnes ont répondu à l’appel, qui avait initialement interdit le ministre-président de la région bruxelloise, Rudi Vervoort.

Toutefois, le Conseil d’État belge, un tribunal administratif, a suspendu l’interdiction vendredi, considérant que la crainte de troubles causés par la manifestation ne justifiait pas son veto.

Parmi les organisateurs et les participants de la manifestation contre le Pacte des Nations Unies sur les migrations figurent le parti d’extrême droite flamand Vlaams Belang, l’Association des étudiants catholiques flamands (KVHV) et la Nationalist Students Association (NSV).

Le Pacte des Nations Unies sur les migrations a récemment secoué la vie politique belge, au point que la formation nationaliste N-VA de la semaine dernière a rompu la coalition gouvernementale dont elle était un partenaire majoritaire.

Ultimatum

La N-VA, qui avait initialement approuvé ce texte non contraignant en faveur d’une migration ordonnée et respectueuse des droits humains, a changé de position ces dernières semaines et a lancé un ultimatum au Premier ministre, le libéral francophone Charles Michel, lui indiquant que s’il signe le Pacte, elle romprait la coalition.

L’ancien secrétaire d’Etat à la migration, Theo Francken, membre de la N-VA et connu pour ses déclarations anti-immigration, a posté une vidéo sur Facebook samedi montrant son soutien aux manifestants de la marche, bien qu’il ait demandé que la manifestation soit dirigée contre la politique d’immigration et non contre des immigrants individuels.

Avant les affrontements, lorsque les manifestants ont marché de la gare centrale de Bruxelles au rond-point Schuman, à côté de la Commission, où le rassemblement était prévu, des pétards ont été lancés, selon plusieurs médias belges.

Parallèlement à cette manifestation, il y a eu aussi un rassemblement en faveur du pacte migratoire de l’ONU qui, selon la police de Bruxelles, a réuni 1 000 personnes et n’a pas été perturbé.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici