Le géant des télécommunications Huawei a déposé un recours devant un tribunal du Texas, auprès duquel il demande à la justice américaine de déclarer inconstitutionnelle l’interdiction imposée par l’administration Trump. La première audience est prévue pour le 19 septembre prochain, mais il faudra probablement des mois pour en arriver à une sentence finale.

Huawei peut gagner une guerre contre Donald Trump ?

Presque tout le monde s’y attendait, et c’est arrivé. Huawei a interjeté appel devant la cour du Texas contre le gouvernement américain, demandant aux tribunaux américains de déclarer inconstitutionnelle l’interdiction imposée aux entreprises américaines, y compris Google, ARM, Broadcom et bien d’autres, d’acheter et de vendre du matériel technologique à la maison à Shenzen.

Il s’agit de la dernière décision de l’entreprise chinoise dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui a commencé avec la décision du ministère du Commerce d’inscrire Huawei et ses filiales sur la liste noire du commerce américain, empêchant ainsi le géant chinois d’être concurrentiel tant sur le marché américain que sur le marché technologique mondial, et lui faisant perdre deux ans d’avantage sur ses concurrents directs dans le développement des technologies réseau 5G.

Huawei poursuit le gouvernement américain : les exigences de l’entreprise


Essentiellement, les représentants légaux de Huawei ont demandé à la Cour de déclarer inconstitutionnelle la National Defense Authorization Act (Ndaa), qui a été convertie en loi au cours de l’été 2018 et qui, en fait, a empêché toutes les entreprises fédérales et leurs entrepreneurs d’utiliser du matériel réseau Huawei pour des raisons de sécurité nationale : les États-Unis ont longtemps accusé la maison à Shenzen (et ZTE) d’avoir des liens avec des espionnage chinois.

Song Liuping, chef du service juridique de Huawei, affirme que la loi appliquée par les États-Unis d’Amérique constitue une violation des règles de la libre concurrence. Il soutient également que la loi a été appliquée “directement et de façon permanente à Huawei, sans donner à l’entreprise la possibilité de l’éviter ou de la contester. C’est une tyrannie du processus législatif” – poursuit Liuping – “hautement interdite par la Constitution américaine”.

Huawei poursuit le gouvernement : la date de la première audience

Le tribunal de district du Texas a fixé la première audience de l’affaire Huawei-US au 19 septembre 2019, mais il est très probable qu’il faudra des mois pour parvenir à une décision finale. Entre-temps, cependant, le gouvernement chinois a déclaré publiquement qu’il appuiera les batailles juridiques de toutes les entreprises chinoises, y compris Huawei, pour défendre les affaires de Beijing dans le monde entier.

Quoi qu’il en soit, si la Cour du Texas devait statuer en faveur du géant Shenzen, le gouvernement américain devrait revenir sur ses pas, lever l’interdiction faite aux organismes gouvernementaux d’utiliser des appareils Huawei et, par conséquent, retirer l’entreprise de la liste noire du commerce, ce qui permettrait au géant des télécommunications de continuer ses échanges avec toutes les entreprises américaines, dont Google.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici