Le gouvernement d’Angela Merkel est confronté à une dure épreuve lors des élections bavaroises

Publié par Jerome le octobre 14, 2018 | Maj le octobre 14, 2018

La chancelière allemande Angela Merkel cherchera à faire un geste positif lors des élections du Parlement bavarois du 14 octobre. On s’attend à ce que la CSU perde des sièges et que l’AfD se développe.
Bien que le parti de la chancelière allemande Angela Merkel ne participera pas aux élections régionales pour le parlement bavarois, ce processus représente un risque élevé pour leurs alliances et leur maintien au pouvoir.

Angela Merkel ne s’en sort toujours pas en Allemagne

L’un des problèmes auxquels Merkel sera confrontée est la débâcle qui, selon les sondages, serait d’avoir ses deux principaux alliés au niveau national, comme l’Union chrétienne sociale (CSU) et le Parti social-démocrate (SPD).

Selon les spécialistes, les élections qui se tiendront en Bavière pourraient avoir des répercussions non seulement en Allemagne, mais aussi en Europe car elles marqueront la croissance des organisations politiques qui ne soutiennent pas l’idée de l’Union européenne (UE). Selon l’agence de presse EFE, qui cite des enquêtes menées par la télévision publique allemande et d’autres sondages réalisés par des sociétés privées, la CSU aurait perdu environ 15 points de soutien, ce qui aurait également fait perdre la majorité absolue dans le Landtag (comme on appelle le Parlement de Bavière).

Les sondages donnent entre 32 et 33 pour cent d’appui aux représentants de la CSU. Lors des élections de 2013, ils ont obtenu un soutien de 47,7 %.

Les Verts, qui ont atteint 8,6% aux élections de 2013, pourraient déplacer les membres du Parti social-démocrate (SPD) de la deuxième place dans le Land. Les sondages prévoient que The Greens pourrait obtenir un soutien de 19%, ce qui marque une croissance importante.

Entre-temps, le SPD, un autre allié important de Merkel, se classerait troisième avec 12% de soutien, ce qui représente une réduction de près de huit points. Pour les spécialistes, c’est le début de la fin.

Alternative pour l’Allemagne (AfD) cherché une place au Parlement

Bien qu’il ait été fondé en février 2013, le Parti alternatif pour l’Allemagne (AfD) n’a pas participé aux élections régionales tenues le 15 septembre 2013. Toutefois, en 2017, elle a été surprise d’atteindre plus de 90 sièges au Parlement fédéral ou au Bundestag.

L’AfD pourrait profiter de la débâcle de la CSU en Bavière. Selon les sondages, le groupe politique d’extrême droite estime un soutien de 10%.
Le parti, qui cherche à sortir de l’Allemagne par l’UE et à obtenir le retour du deutschemark, a réussi à gagner des partisans même s’il a été lié aux mouvements nazis, notamment lors des manifestations d’été contre les immigrants.

Alexander Gauland, chef du groupe politique susmentionné, a suivi les signes indiquant que son parti n’accepte pas les nazis. “Les nazis n’ont rien à faire dans cette formation.”

Cependant, de nombreux spécialistes affirment que l’AfD a réussi à capitaliser sur le mécontentement des Allemands à travers les réseaux sociaux.

Quelque 9,5 millions d’Allemands ont le droit de voter dans un processus électoral qui pourrait être décisif pour l’avenir du gouvernement en Allemagne.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *