L’ancien président du Nissan Carlos Ghosn a rejeté les charges retenues contre lui en comparaissant devant un juge lors de sa première comparution publique après son arrestation à Tokyo le 19 novembre. Ghosn, 64 ans, a comparu dans une salle d’audience de Tokyo menotté, en costume foncé, chemise blanche et sans cravate, avec des chaussures en plastique et plus fines que d’habitude, selon la piscine de journalistes autorisés à être présents dans la salle.

Son arrivée dans la salle

Deux gardes l’accompagnant ont retiré ses menottes à son arrivée dans la salle et ont été placés dans un siège devant les trois avocats présents au tribunal, conduits par le juge Yuichi Tada. Ghosn attend son procès, mais l’audience d’aujourd’hui n’était prévue que pour être informé des charges retenues contre lui.

Il est accusé d’avoir prétendument caché à Nissan des revenus de millionnaires à partir de 2011 et d’avoir violé la confiance de la société en les utilisant pour couvrir ses pertes financières personnelles. Mais le puissant dirigeant de l’automobile a aujourd’hui nié les accusations portées contre le juge : Je suis innocent des accusations portées contre moi . J’ai été injustement accusé , a déclaré Ghosn, né au Brésil et formé au Liban et en France.

En ce sens, il a dit : Je n’ai que de l’amour et de la gratitude du fond de mon cœur pour Nissan. J’ai fait tous les efforts possibles au nom de Nissan et je me suis acquitté de mes tâches de manière juste, correcte et légale.

Assistance temporaire

En ce qui concerne l’accusation d’avoir utilisé les fonds Nissan pour couvrir des pertes financières personnelles pendant la crise qui a éclaté en 2008, Ghosn a déclaré qu’il s’agissait d’une assistance temporaire et qu’elle l’avait fait à condition qu’elle ne cause pas de préjudice à la société.

Et sur la décision de cacher les revenus millionnaires convenus avec Nissan, l’autre accusation, a insisté sur le fait qu’ils étaient des compensations fixes pour quand la société a été retirée et qu’ils ont choisi de ne pas déclarer ces sommes après l’examen fait par les avocats externes et internes.

Lors de l’audience du tribunal, à la demande des avocats de Ghosn, le juge lui a lu les chefs d’accusation et lui a dit qu’il était détenu pour l’empêcher de fuir le pays ou de dissimuler des preuves.

Le risque de fuite

Le juge a assuré que le risque que le détenu s’échappe était accru étant donné que Ghosn réside à l’étranger. Ghosn a des résidences à Paris, Rio de Janeiro et Beyrouth, selon les médias japonais.

La défense juridique, cependant, a rejeté ce risque et a fait valoir que, considérant qu’il est une figure publique bien connue, il lui est difficile de s’échapper du Japon. L’audience, qui a débuté à 10h30 heure locale (01h30 GMT), a duré près de deux heures, en attendant la prochaine étape du processus avant le début du procès. Les avocats de

Ghosn doivent se présenter à une conférence de presse dans les prochaines heures pour évaluer l’audience et indiquer leurs prochaines actions légales, notamment la possibilité de demander officiellement la libération provisoire.

Avec Ghosn, on accuse également l’Américain et ancien directeur de Nissan Greg Kelly, arrêté le 19 novembre et libéré sous caution par le juge le 25 décembre pour une opération chirurgicale en cours.

You may also like

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici