gaz et boucliers : le Mexique arrête la caravane des Honduriens en route vers les États-Unis.

Publié par Jerome le octobre 21, 2018 | Maj le octobre 21, 2018

La caravane des immigrants d’Amérique centrale s’est arrêtée à la frontière entre le Guatemala et le Mexique. Le pont Rodolfo Robles, qui sépare les deux pays, est devenu une sorte de camp de réfugiés sur le fleuve Suchiate, abritant des milliers de personnes qui avaient réussi à briser la ligne de police guatémaltèque à Tecún Umán, mais qui n’avaient pu traverser vers Ciudad Hidalgo, au Mexique. Pendant quelques instants, plusieurs immigrants ont réussi à entrer au Mexique, mais des agents fédéraux leur ont coupé l’entrée à l’aide de gaz lacrymogène et installé une barrière de leur côté de la frontière qui a laissé le pont hondurien effondré.

Une caravane des problèmes en amérique du Sud

“Un Hondurien a reproché à la police mexicaine, qui a vu des centaines d’immigrants s’entasser sur le pont à travers les barreaux de la barrière, d’avoir le cœur si dur. “Nous avons le droit d’être libres, de ne pas être soumis “, a-t-il poursuivi en portant une fillette de quatre ans sur ses épaules. “Nous ne partons pas parce que nous voulons nous promener, nous essayons de réparer nos vies”, s’est exclamée une femme aux agents dans le murmure de dizaines de personnes qui mendient pour entrer en territoire aztèque. Quelques minutes auparavant, une avalanche d’immigrants avait commencé à sauter et à secouer les maigres clôtures installées par les autorités guatémaltèques. Après quelques minutes de poussées et de secousses, les barrières ont cédé et la foule s’est dirigée vers le pont en criant “Mexique Mexique Mexique ! Ils pensaient alors qu’ils avaient réussi à passer l’écran, que le Guatemala était à la traîne et qu’ils n’avaient plus qu’à parcourir près de 2 000 kilomètres dangereux jusqu’à la frontière sud des États-Unis, celle que Donald Trump a menacé de fermer et de militariser s’ils continuaient leurs efforts pour continuer leur route vers la première puissance.

Rien n’est plus faux, la grande majorité des quelque 4 000 membres de la caravane n’a pas réussi à entrer au Mexique. Quelques-uns, les plus audacieux, ont sauté du pont dans les eaux de la rivière Suchiate pour tenter de traverser la frontière à la nage en espérant ne pas être repérés par les autorités mexicaines de l’immigration et peut-être déportés. D’autres, les premiers à atteindre le pont, ont été contenus par les boucliers de dizaines de policiers anti-émeutes mexicains, bien que certains aient réussi à s’échapper et à s’échapper dans les entrailles du pays aztèque.

Cependant, la grande majorité d’entre eux ont dû retourner à Tecún Umán pour passer la nuit dans les auberges ou sur les places publiques très fréquentées. “Nous voilà, nous ne partons pas et s’ils nous jettent dehors, nous revenons”, chantaient-ils sur l’une des places principales de la ville guatémaltèque.

Violence et pauvreté : les raisons de la traversée

La violence et la pauvreté, c’est tout ce qu’il y a. Ce sont les deux principales raisons pour lesquelles les Honduriens quittent leur pays. Le taux d’homicides au Honduras en 2017 était de 43,6 pour 100 000 habitants, un chiffre élevé qui place le pays parmi les plus violents de la planète. De même, environ 43 % de ses 9 millions d’habitants vivent dans la pauvreté. “Nous ne cherchons pas le rêve américain, nous fuyons un Honduras dans lequel on ne peut pas vivre”, a déclaré une fille qui fait partie de la caravane aux médias guatémaltèques, Prensa Comunitaria.

Selon une étude de Médecins Sans Frontières, un immigrant sur deux qui quitte l’Amérique centrale le fait pour des raisons liées à la violence. Le même rapport indique également qu’environ 7 immigrés sur 10 sont victimes de violences lors de leur passage au Mexique, c’est pourquoi ils préfèrent rejoindre des caravanes comme celle-ci, appelée “Caminata del Migrante”, pour essayer de traverser le Mexique en grand groupe afin de se protéger des bandes criminelles.

Le groupe est extrêmement hétérogène. Des mères célibataires voyageant avec leurs bébés, aux adolescents célibataires, aux familles, aux pères avec enfants ou même aux personnes plus âgées. Ce sont des gens qui ont peu à perdre et beaucoup à gagner. “Notre famille est pauvre, nous devons faire ce chemin pour les nourrir”, a crié Pedro Pablo, un homme dans la trentaine, désespéré, dans des déclarations recueillies par la Place publique. De courtes histoires comme celles de Peter Paul montrent que ce n’est pas un groupe qui va se retourner quand il se laisse effrayer par les tuits incendiaires de Donald Trump. Le gouvernement mexicain est peut-être plus sensible à ces menaces.

Le mur commence dans le sud du Mexique

Les élections sénatoriales américaines ont lieu le 6 novembre et M. Trump a vu dans son attaque contre cette caravane l’occasion d’égratigner quelques votes des secteurs les plus conservateurs. La situation avec l’assassinat de Khashoggi est d’ailleurs de plus en plus tendue et le républicain a de plus en plus de mal à continuer à se mettre en évidence. Dans ces deux aspects, menacer la “Marche des Migrants” et diriger les projecteurs des médias a été une bonne chose pour le Républicain. Et il l’a eu avec juste quelques tweets.

L’attention des médias est une arme à double tranchant. Trump a provoqué un “effet d’entraînement” autour de la caravane en la faisant passer d’un mouvement inconnu à une grande nouvelle mondiale. Le résultat est que des milliers de Honduriens ont rejoint ce groupe ces derniers jours, car ils considèrent cette initiative comme un moyen sûr d’atteindre les États-Unis. D’environ 2 000 le mardi à environ 4 000 le vendredi.

Cependant, le président du premier pouvoir ne s’inquiète pas de cet “effet d’appel” qu’il a provoqué parce qu’il sait qu’il sait que ce sera le Mexique, et non les Etats-Unis, qui absorbera un grand nombre de ces Honduriens. A tel point que le gouvernement mexicain a annoncé qu’il recevait l’aide du HCR – l’agence des Nations Unies pour les réfugiés – pour les aider à accorder le statut de réfugié aux membres de la caravane qui ont leurs papiers en ordre et qui demandent ce statut. Face aux dangers de la traversée du Mexique et à la lourde surveillance de la frontière avec les États-Unis, de nombreux Centraméricains préfèrent échanger le rêve américain contre les Aztèques en préférant rester au Mexique en tant que réfugiés. Ainsi, les demandes de statut de réfugié au Mexique ont augmenté de 66% en 2017 par rapport à 2016, selon les données du HCR. Mais le problème est que pour obtenir ce statut, les immigrants doivent avoir des papiers en règle et, malheureusement, un grand nombre d’entre eux ne possèdent aucun document.

“Toute personne qui souhaite entrer dans le pays peut le faire à condition d’avoir des documents de voyage et un visa”, a déclaré le président mexicain Enrique Peña Nieto dans une vidéo dans laquelle il a clairement indiqué qu’il ne permettrait pas l’accès “irrégulier” et “violent” des immigrants au pays. Selon Alfonso Navarrete, secrétaire à l’Intérieur du Mexique, la “Caminata del Migrante” avec la tentative d’agression à la frontière n’a pas respecté un accord avec les autorités dans lequel ils allaient leur permettre d’entrer par groupes de 50 et 100 pour examiner leurs documents d’immigration.

Le gouvernement de Peña Nieto quittera ses fonctions le 1er décembre, de sorte qu’il ne semble pas disposé à faire de compromis dans les moins d’un mois et demi qui restent dans ses relations avec les États-Unis sur une question d’immigration qui pourrait mettre en péril les deux autres points clés : la sécurité et le commerce, une question pour laquelle un nouveau traité vient d’être signé.

Ainsi, avec seulement deux tweets, Trump parvient à piéger des centaines de Honduriens sur un pont enjambant une rivière à des milliers de kilomètres des États-Unis, un mur moins cher et plus efficace que la barrière de 22 milliards de dollars qu’il avait promise dans une campagne pour couvrir entièrement sa frontière poreuse de 3 100 kilomètres de long avec le Mexique. C’est pourquoi l’état du Chiapas, au sud du Mexique, est maintenant le meilleur atout pour mettre fin à l’immigration clandestine. Et tu le sais bien.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *