L’Associated Press a effectué une analyse économique de l’univers GOT et de ses liens avec la réalité mondiale. On s’en souvient à propos de la première de la saison dernière. Winter is Coming. A propos de la première de la huitième et dernière saison de Game Of Thrones (GOT) ce dimanche sur HBO, la chaîne de télévision de Time Warner, les analystes de Nielsen prévoient qu’elle pourrait battre le record historique établi par un autre épisode, qui avait atteint 10,7 millions d’utilisateurs par la télévision par câble ou en streaming.

L’économie dans la série Game of Thrones

Contrairement au grand succès et à la diffusion que GOT a obtenus dans le monde entier, de multiples analyses ont été faites pour trouver les similitudes que la série garde avec la vie réelle. Mais il y en a peu sur les tâches économiques. L’Associated Press a été chargée d’analyser les leçons économiques de la série et la façon dont elles sont présentées dans l’intrigue.

Les banques et leur importance

Tywin Lannister dit de la banque de fer de Braavos :

“Vous ne pouvez pas les tromper, vous ne pouvez pas les dominer avec des excuses, si vous leur devez de l’argent et que vous ne voulez pas tomber en morceaux, vous lui rendez”.

Cette entité financière est peut-être la plus puissante de l’univers de GOT et compte parmi ses clients le Roi des Sept Royaumes. Mais ce qui ressort de cette série, c’est qu’elle opère à travers la mer étroite et Essos, plutôt que d’avoir des succursales à Westeros. En ce sens, selon AP, le fait de ne pas avoir de grande banque sur ce continent rend difficile l’épargne dans la région, les prêts bancaires pour financer les guerres et les investissements dans le développement.

Westeros est donc un endroit sans financiers ni prêts, où les citoyens ne peuvent pas investir en eux-mêmes et où les dettes des gouvernements sont éternelles. Et cela est présenté comme un facteur négatif pour leur développement économique.

L’économie stagnante de la série

Selon le Fonds monétaire international (FMI), les obstacles structurels, tels que la faible croissance de la productivité, l’inégalité salariale et les politiques isolationnistes des économies avancées, sont des facteurs qui entravent la croissance économique mondiale. Toutefois, le FMI prévoit une croissance économique mondiale de 3,5 % en 2017 et de 3,6 % en 2018.

Cet optimisme n’existe pas dans la série, car l’époque de Westeros n’était pas de si bon augure. Les analystes de l’AP soulignent qu’il n’y a eu aucun signe de progrès économique sur le continent depuis plusieurs siècles et, en outre, qu’il y a eu un recul. Ils citent Angus Maddison, le regretté économiste spécialisé en histoire macroéconomique, qui a suggéré qu’en Europe occidentale, la croissance annuelle se situait en moyenne à peine à 0,3 % entre 1000 et 1500 après J.-C., ce qui rapprocherait le GOT de la réalité historique de l’économie mondiale.

La magie n’est pas donc pas lié à l’innovation ?

Que se passe-t-il lorsque la menace de dragons ou d’autres créatures apparaît à l’humanité ? Ce qui est logique, selon AP, c’est que ceux-ci représentent une opportunité pour le développement humain, du point de vue de l’armement ou de l’industrie. Mais ce n’est pas le cas à Westeros. Des ressources comme l’acier valyrien ou le Dragonglass (ou « verregradon) – des matériaux qui peuvent tuer des créatures ne sont pas produites en série ou ne font pas l’objet de recherches approfondies, ce qui démontre le manque de technologie et de progrès dans Game of Thrones.

La violence et la récession économique

Dans Game of Thrones, les mêmes familles – les Starks, les Tyrells et les Lannisters – détiennent la plupart des richesses et du pouvoir depuis des siècles. Les sociétés vivent de pillage en pillage et les batailles sont le pain et le beurre de tous les jours. Des économistes comme Adam Smith soulignent que la violence dans les sociétés médiévales a tué la croissance, tandis que Barry Weingast, politologue à l’Université Stanford et chercheur principal à l’Institution Hoover, affirme que 10 % des nations les plus pauvres ont tendance à perdre leur démocratie. AP, quant à lui, utilise ces arguments pour renforcer sa thèse selon laquelle l’économie est directement affectée par l’ampleur de la violence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici