Pourquoi la frontière irlandaise est le nœud gordien de l’accord du Brexit

Publié par Jerome le novembre 14, 2018 | Maj le novembre 14, 2018

Downing Street a annoncé mardi un accord “technique” avec Bruxelles sur le nœud gordien de la négociation Brexit : l’avenir de la frontière entre la République d’Irlande et l’Ulster. Le Premier ministre britannique, Theresa May, tentera d’obtenir le soutien de son cabinet ce mercredi. Telles sont les clés pour comprendre la question dont peut dépendre la sortie ordonnée du Royaume-Uni du bloc européen.

Pourquoi la frontière irlandaise est-elle la grande pierre d’achoppement ?

Tant en République d’Irlande et en Irlande du Nord (une partie du Royaume-Uni) veulent suivre le Brexit sans frontière physique entre les deux, comme maintenant. Mais cela signifierait que le Royaume-Uni continuerait d’accepter les règles européennes et d’être inclus dans l’union douanière, ce que les grands brasseurs ne veulent pas. En outre, l’absence de barrières physiques entre les deux Irlandais est l’un des points essentiels de l’accord du Vendredi Saint de 1998, qui a mis fin à trois décennies de conflits sanglants entre syndicalistes et républicains.

Y aura-t-il une frontière entre l’Ulster et la Grande-Bretagne ?

La possibilité a été évoquée de convenir d’une sauvegarde qui laisse la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord sans barrières physiques et d’établir une sorte de contrôle entre cette dernière et la Grande-Bretagne, mais l’Irlande du Nord refuse d’être traitée différemment du reste du Royaume-Uni et May elle-même estime que cela sape l’intégrité du pays.

Quelle solution sera adoptée ?

Le contenu exact de l’accord n’a pas été divulgué. En juin, le premier ministre a proposé une formule qui permettrait au Royaume-Uni dans son ensemble de rester aligné sur l’union douanière pendant une période limitée.

Existe-t-il déjà un accord définitif ?

Non. Pour l’instant, Downing Street n’a annoncé qu’une seule fois qu’un accord “technique” avait été conclu avec Bruxelles. May tiendra une réunion d’urgence avec son cabinet de ministres, mais il n’est pas certain qu’elle obtiendra leur appui. Il est moins clair qu’il recevra plus tard le soutien du Parlement britannique. L’UE devrait donner son approbation lors d’un sommet des chefs d’État et de gouvernement à la fin du mois. Le départ officiel du Royaume-Uni est prévu pour le 29 mars.

Cet accord affecte-t-il la frontière avec Gibraltar ?

Selon le président du gouvernement espagnol, la situation à Gibraltar fera l’objet d’un protocole séparé entre l’Espagne et le Royaume-Uni. Le cas du Rocher est différent de celui de l’Irlande du Nord, car c’est une colonie britannique qui ne fait pas partie du Royaume-Uni.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *