France : La robotique a progressé de 9 % en 2019

Business France : La robotique a progressé de 9 % en 2019

Selon les nouveaux chiffres de Symop, la robotisation des entreprises a augmenté de 9 %. Après un retard chronique en matière de robotique en France, les industries ont acheté 5 080 robots industriels en 2019.

Robots industriels : 20 % d’augmentation par an depuis 2014

Selon les chiffres du Syndicat des machines et technologies de production (Symop), la population de robots industriels a augmenté de 20 % par an, en moyenne. Selon cette étude, l’automobile reste la première industrie française utilisatrice de robots avec un effectif passant de 1810 en 2018 à 2359 en 2019.

Autrement, la hausse des investissements en robots industriels, notamment dans les bras robot, des industries pharmaceutiques, de la cosmétique et de la chimie ont augmenté en moyenne de 20 % sur les quatre dernières années. Selon Serge Nadreau, président du groupe robotique du Symop, l’augmentation de la robotisation se justifie par l’utilisation croissante des applications d’aiguillages et de tri. Ainsi, la part de la robotisation dans l’industrie manufacturière a augmenté de 6 % en 2019. En intégrant l’automobile, la France compte désormais 177 robots pour 10 000 salariés contre 154 en 2019.

Pour rappel, en Europe, L’Allemagne reste leader en matière de robotisation des entreprises avec environ 221 500 unités ce qui représente cinq fois le stock de la France et plus de dix fois le stock que possède le Royaume-Uni. Par ailleurs, contrairement à la France, l’achat de robots industriels en Allemagne a grandement baissé en 2019. Selon les chiffres de la Fédération Internationale de la Robotique (IFR), les investissements allemands en matière de robots auraient baissé de 23 % l’année dernière.

Malgré de nombreux freins, le gouvernement français s’engage pour les PME

Avec la mondialisation, les progrès technologiques et l’évolution de la demande, les PME sont obligées de produire différemment. De plus, depuis le début de la crise sanitaire, ces entreprises doivent gérer des dispositions gouvernementales, afin d’éviter les contaminations à la COVID-19. En effet, depuis le 30 octobre, un nouveau protocole sanitaire en entreprise est entré en vigueur. Entre distanciation sociale et manque de main-d’œuvre, les petites sociétés se retrouvent dans l’obligation de bousculer leurs habitudes et de se tourner vers la robotique.

Malgré de nombreux freins à l’investissement, le gouvernement a décidé d’accompagner ces entreprises en améliorant les aides financières et logistiques. Parmi les nombreux freins dont il est possible de parler figure notamment le manque de salariés qualifiés pour gérer la maintenance de ces engins industriels ou encore la peur d’investir dans un avenir incertain. Comme l’a précisé le gouvernement lors des annonces du 29 octobre dernier sur le confinement, le maintien de l’activité est crucial et passe notamment par une automatisation des chaînes de production.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -