La France déploie 15 000 policiers à la suite de graves émeutes d’Halloween

Publié par Jerome le novembre 2, 2018 | Maj le novembre 2, 2018

Halloween a été “intégrée” dans le calendrier “festif” que la banlieue, la banlieue de Paris et les grandes villes “célèbrent” en incendiant les vitrines des magasins et en attaquant avec des pierres les unités de police dont la première mission est de tenter d’assurer un service de “prévention”.

La purge contre les policier

En France, depuis une longue décennie, le brûlage des voitures est un rituel suburbain “traditionnel” de la nuit de la Saint-Sylvestre. Plusieurs centaines de voitures sont brûlées rituellement dans plusieurs villes de France pour “célébrer” la nouvelle année.

Pour la première fois, cette année, depuis l’introduction de la mode commerciale de célébration de l’Halloween, en France, la nuit du mercredi au jeudi a été marquée par un long chapelet d’incendies et d’incidents de nature très diverse dans une dizaine de villes de province.

Lyon (515 000 habitants), troisième ville de France, a été pionnière dans ce domaine. Les premiers incendies et flambées de violence, à l’occasion de la “célébration” de l’Halloween, reprennent en 2016. Deux ans plus tard, la “tendance” se confirme : mercredi à minuit, les forces de sécurité avaient déjà procédé à une cinquantaine d’arrestations de jeunes, coupables d’avoir tiré sur des véhicules, lapidé des vitrines de magasins, entre autres types de violence dans la rue. Des incendies et des violences ont éclaté mercredi soir du mercredi au jeudi, également dans plusieurs autres villes telles que Poitiers, Nantes, Metz, Rennes, Givors, Villefrance-sur-Saône, etc. 116 arrestations ont déjà été enregistrées dans toute la France et le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé le déploiement de 15 000 forces de sécurité. Les autorités ont signalé que la violence a été encouragée par le biais des réseaux sociaux. L’objectif était d’imiter le film de trilogie “La purga”, une dystopie dans laquelle tous les crimes sont autorisés une nuit par an.

La saga “La Purga”, l’inspiration

La saga a servi de “modèle” pour la célébration de l’Halloween en France, “inspirant” ce comportement social : “Pour une période de 12 heures, tous les crimes sont autorisés… le vandalisme, le meurtre, l’incendie volontaire et le vol sont légaux”.

Ainsi, à travers les réseaux sociaux, un nombre imprécis d’adolescents “invitent” leurs amis à lancer une “purge” contre la police et les forces de l’ordre, inspirée du “modèle” de la série américaine.

Avec un succès difficilement mesurable, mais bien réel. L’un des “organisateurs” de la “purge” a été arrêté et doit être jugé pour incitation au crime et à la délinquance. La redoutable efficacité du “modèle” et de l'”inspiration” reste en suspens, suscitant des tentations agressives et antisociales.

Dans la banlieue parisienne, les incidents survenus dans les villes du département de l’Essonne (1 300 000 habitants) sont particulièrement remarquables, avec une particularité : cinquante véhicules de police ont été lapidés par des bandes de jeunes qui ont “célébré” à leur manière la “fête” d’Halloween, si éloignée des traditionnelles fêtes de la Toussaint.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *