Les Français veulent un nouveau duel entre Macron et Le Pen

Publié par Jerome le octobre 7, 2018 | Maj le octobre 7, 2018

Les Français semblent vouloir un nouveau premier duel politique entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, condamnant le reste des forces politiques à un ostracisme spectaculaire. Selon les premiers sondages, La República En Marcha (LREM, parti de Macron) et  Marine Le Pen (ex-Front National) ont pratiquement les mêmes intentions de vote pour les prochaines élections européennes (mai 2019).

Un nouveau Duel possible ?

Selon le dernier sondage du quotidien conservateur Le Figaro, le LREM a aujourd’hui 21,5% des intentions de vote et AN 21%. Un lien technique provisoire qui semble annoncer un nouveau duel national entre les partisans de la société ouverte (Macron) et ceux du bunker national/nationaliste (Le Pen).

Le reste des forces politiques traditionnelles semblent être tombées dans un trou insondable.

Selon le sondage Le Figaro, la troisième force politique française pourrait être le parti républicain (LR, droite traditionnelle), le parti refondé par Nicolas Sarkozy, toujours “orphelin” de sa direction, qui a 14% des intentions de vote. C’est une capitale politique respectable, mais modeste, si l’on se souvient que LR est le parti héritier des droits historiques de la France. France Insumise (LFI, extrême gauche populiste) de Jean-Luc Mélenchon est cité comme le quatrième parti politique national, avec 12,5% des intentions de vote. Un capital politique relativement modeste mais significatif, reléguant la gauche traditionnelle, socialiste et communiste à des positions humiliantes qui frisent l’insignifiance.

Le Parti socialiste (PS), refondé par François Mitterrand, le parti qui a été l’épine dorsale de la gauche entre 1978 et 2012, a aujourd’hui à peine 4,5% des intentions de vote. Effondrement historique, crise catastrophique, d’un parti sans militant, sans dirigeants, sans projet connu.

Le Parti communiste français (PCF), parti majoritaire de la gauche française, entre 1945 et 1978, a aujourd’hui à peine 1,5% des intentions de vote. Un naufrage sans palliatifs, condamnant le communisme français à une place très marginale dans la vie civique.

Beaucoup de spécialistes pensent que les anciennes divisions de “gauche” et de “droite”, en France, ont commencé à être supplantées par un nouveau type de division et de confrontation, entre les partisans de l’Europe et de la société ouverte et les opposants de l’Europe, ceux du bunker national/nationaliste.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *