Les Français veulent plus d’infos sur les alternatives à la cigarette (Ipsos)

Publié par Mamadou le décembre 7, 2018 | Maj le décembre 7, 2018

Une large majorité de Français (92 %) souhaite que les fumeurs adultes soient mieux informés sur les alternatives potentiellement moins dangereuses que la cigarette, et pensent que les politiques de prévention et de lutte contre le tabac devraient encourager les fumeurs à basculer vers des produits moins nocifs (86 %), selon une étude Ipsos parue mercredi.

Cette étude, dont la publication coïncide avec la fin du Mois sans tabac, la campagne de sensibilisation du gouvernement qui a connu un succès record cette année, pointe la volonté des Français de bénéficier d’informations complémentaires sur les divers substituts au tabac (patch, gomme à la nicotine, e-cigarette, tabac à chauffer) et sur les bénéfices pour la santé qu’ils pourraient tirer en les privilégiant à la cigarette.

Les Français sont même 90 % à penser qu’il est important de mettre à disposition des fumeurs des produits de substitution pour les pousser à limiter leur consommation de cigarettes, et par conséquent les risques pour leur santé, et 76 % d’entre eux souhaitent que le gouvernement se mobilise pour que les fumeurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas arrêter de fumer se tournent vers ces produits alternatifs.

La France accuse du retard sur la plupart de ses voisins européens en matière de lutte contre le tabagisme et le pays compte encore 12 millions de fumeurs. Les hausses de taxe sur le prix du paquet de cigarette et les politiques publiques restrictives (interdiction de fumer dans les lieux publics notamment), ont eu jusqu’à présent des effets limités. À l’instar d’autres pays occidentaux, le gouvernement tente désormais d’associer mesures prohibitives et accompagnement de réduction des risques.

La valorisation des alternatives moins nocives au tabac entre dans ce paradigme. Au lieu de rejeter les substituts en raison des risques d’addiction et de leur nocivité moindre que la cigarette, les politiques de réduction des risques visent à expérimenter toutes les solutions possibles pour diminuer les risques pour la santé des fumeurs. Les patchs, les gommes à la nicotine, les cigarettes électroniques et le tabac à chauffer sont autant de produits qui ne sont pas totalement sans dangers pour la santé, mais qui peuvent aider les fumeurs à décrocher de la cigarette et qui, donc, représentent un atout en termes de santé publique.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *