La folie des figurines Funko sur Netflix : Un documentaire sur Netflix brosse le fan

Publié par Jerome le octobre 27, 2018 | Maj le octobre 27, 2018

Il a été mis en ligne depuis un moment, un documentaire qui parle de ces figurines Funko qui ne font pas uniquement du pop.

Les figurines font la une de nombreux journaux de nos jours. Et même si vous ne les collectionnez pas, il y a forcément quelqu’un qui le fait. En réalité, il faut avouer que les figurines se vendent très rapidement comme des petits pains. Sur Netflix, vous pouvez visionner un documentaire qui relate l’histoire de cette entreprise qui existe depuis plus de 20 ans, et qui était spécialisée dans la fabrication des bobble-heads, mais qui propose actuellement des figurines plus carrées souvent appelées Pop.

Dans le temps, les bobble-heads avaient également connus un succès remarquable. Warner, a finalement décidé après plusieurs créations et modèles de faire appel à Funko pour réaliser des figurines spécialement DC Comics. On connait ce qui en découle.

Avec le temps tout s’est transformé en Pop.

Après la sortie des premiers Funko Pop DC Comics, on a senti une certaine passion chez le public. Le documentaire revient aussi sur la manière dont certains arrivaient à collectionner ces figurines. Cette manière d’aborder le sujet est une réussite en général. Dans la seconde partie du documentaire, vous n’aurez aucune information coté business mais plutôt coté collectionneurs. Ainsi, vous verrez défiler un certain nombre de portrait, notamment des chanteurs, des catcheurs, des dessinateurs ou acteurs qui donnent des raisons très touchantes sur leur désir de collectionner ces figurines. Les belles histoires sur le fait d’accumuler les objets de manière générale viennent des personnes plus lambda.

Le documentaire a pour titre : Making Fun : The story of Funko en VO. Au lieu que ce dernier se concentre sur le côté information, il se tourne plus du côté de la confession. On pourrait croire que ce documentaire n’est qu’un moyen pour l’entreprise d’élargir son cercle. On note quand même dans le documentaire, qu’à un moment, une fulgurine éditoriale apparait de façon brève sans trop de détails. Un léger sentiment de frustration intervient alors chez les fans.

Pour finir, le documentaire se conclut sur le désir de s’approprier et de collectionner une fulgurine dans le quotidien de tous. A défaut de tout miser sur le côté markéting, le documentaire a tout fait pour donner envie de rechercher une figurine qui a trait à notre enfance ou à notre passé.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *