Les femmes politiques et les journalistes ont été la cible de 1,1 million de publications de harcèlement sur Twitter, ce qui représente en moyenne un cas d’abus toutes les 30 secondes, selon Amnesty International.

Analyse du harcèlement des femmes à travers des publications sur Twitter

L’ONG a publié ce lundi une étude réalisée parmi 778 femmes aux États-Unis et au Royaume-Uni, réalisée avec Artificial Intelligence Element AI, qui analyse le harcèlement des femmes à travers des publications sur Twitter.

Les recherches d’Amnesty International portent sur le harcèlement des femmes politiques et des journalistes et, avec l’aide de volontaires du programme Troll Patrol de l’ONG et des mécanismes d’apprentissage automatique, analysent les 228 000 tuits reçus par des femmes choisies en 2017.

Les principales conclusions de l’étude

En ce qui concerne les principales conclusions de l’étude, Amnesty International a détecté 1,1 million de tweets considérés comme abusifs ou problématiques, avec en moyenne un cas toutes les 30 secondes.

Le harcèlement via Twitter est le plus fréquent chez les politiciens et journalistes noirs, qui sont plus de 84% à en subir. Sur le nombre total de tweits analysés, un sur dix reçus contenait une forme quelconque de violence, un chiffre qui s’élève à un sur quinze chez les femmes blanches.

7,1 % des tweits (1,1 million) dans lesquels des femmes participantes ont été envoyées sont des cas de harcèlement. L’étude d’Amnesty International a également analysé des cas de harcèlement fondés sur l’idéologie (libérale ou conservatrice) des femmes politiques et des journalistes, concluant que “l’abus des femmes en ligne transcende le spectre politique” et que le harcèlement des journalistes et des politiciens est similaire quelle que soit leur tendance politique.

Selon la directrice d’Amnesty International au Royaume-Uni, Kate Allen, il est clair qu’il existe un niveau étonnant de violence et de harcèlement contre les femmes sur Twitter. Ces résultats, précisément, soutiennent ce que les femmes disent depuis un certain temps : que le racisme, la misogynie et l’homophobie sont endémiques sur Twitter.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici