Facebook et Twitter vous connaissent même si vous n’avez pas de compte.

Publié par Simon Taquet le janvier 26, 2019 | Maj le mars 23, 2019

La question, bien qu’apparemment innocente, était chargée d’une certaine agitation. Benjamin Lujan, représentant du Parti démocrate du Nouveau-Mexique, a été l’un des membres du Congrès qui ont interrogé Mark Zuckerberg sur les ” profils cachés ” possibles au sein du plus grand réseau social de la planète. Et son visage, transformé en chrome, s’est transformé pour dévier d’une promesse faite par ses services juridiques : “En général, nous recueillons des données auprès de personnes qui ne sont pas enregistrées sur Facebook pour des raisons de sécurité.

comment font Facebook et Twitter ?

Une réponse qui, sans aucun doute, semble confirmer l’une des théories les plus inquiétantes de ces dernières années : les plateformes sociales nous espionnent-elles même si nous n’en faisons pas partie ? Après des années d’euphorie, une deuxième bulle dotcom est sur le point d’exploser. L’aiguille qui a fait sauter toute sa crédibilité est la vie privée. Une époque où, à la suite de scandales incessants, les entreprises technologiques avec des services numériques ont dû se soumettre à une dure réalité : soit elles changent, soit elles disparaissent.

L’année dernière, sans aucun doute, a été le moment où les masques ont disparu. Les réseaux sociaux ne sont pas nés pour connecter les gens ; ils sont nés pour faire le travail de connecter les gens. Et pendant ce temps, ils ont oublié de les protéger. Une étude réalisée par un groupe de scientifiques des universités du Vermont et d’Adélaïde, publiée dans “Nature Human Behavior”, raconte le mécanisme de services tels que Facebook pour traiter les données des gens même s’ils ne font pas partie de leur communauté.

Faire partie du groupe est une qualité individuelle. Si vous ne voulez pas courir le risque d’être exclu, beaucoup de gens l’ont accepté sans aucune considération : ils ont ouvert un profil parce que leurs meilleurs amis étaient là. Ce n’était pas une imposition. Chacun avait son propre destin. Les utilisateurs ont volontairement supposé qu’une partie de leur existence devait être abandonnée pour pouvoir se connecter. Ce choix individuel a été, selon les chercheurs, le principe fondamental de la protection de la vie privée en ligne : si vous ne voulez pas être sur Facebook, vous pouvez y aller ou du moins ne jamais vous inscrire.

Donc, en payant le prix d’être hors de cet environnement numérique, notre vie privée a été respectée. Les experts estiment qu’il n’est pas si facile d’être invisible pour les réseaux sociaux. Si une personne quitte une plateforme de médias sociaux – ou si elle ne s’y est jamais inscrite, cela n’a pas d’importance – les publications et les mots de ses amis fournissent encore environ 95% de la “précision prédictive potentielle”, dit le rapport. “Lorsque vous vous inscrivez sur Facebook ou un autre réseau social, vous pensez que vous donnez vos informations, mais vous donnez aussi les informations de vos amis “, explique James Bagrow, mathématicien à l’Université du Vermont et directeur de la recherche. “Vous ne contrôlez pas votre vie privée sur les plateformes de réseaux sociaux (…) Vos amis ont aussi quelque chose à dire.

Le rapport souligne également l’importance de Twitter en tant que moteur d’un système basé sur une bulle. Nos identités vivent donc dans des groupes parfaitement définis. Pour le vérifier, les experts ont analysé plus de trente millions de “tuits” publics sur quelque 13 905 utilisateurs. Le résultat a été révélateur : les informations de seulement huit contacts d’une personne peuvent prédire vos messages ultérieurs. Et ils le font “avec la même précision que si vous regardiez directement le compte Twitter de cette personne”.

Cette recherche soulève ainsi de sérieuses questions sur la nature fondamentale de la vie privée, mais surtout sur la manière dont, dans une société fortement interconnectée, les actions et l’identité des personnes sont intégrées dans Internet même si elles ne le veulent pas. Ainsi, il est possible, du moins en théorie, que n’importe quelle entreprise, parti politique ou gouvernement puisse établir avec précision le profil d’une personne à partir de ses amis sur les réseaux sociaux, même si elle n’est jamais entrée ou si elle a supprimé son compte. “Il n’y a pas d’endroit où se cacher dans un réseau social”, dit Lewis Mitchell, co-auteur de l’étude et actuellement professeur de mathématiques appliquées à l’université d’Adelaide en Australie.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *