Facebook a partagé des données d’utilisateurs privés avec Netflix, Airbnb et Badoo, d’après des recherches.

Publié par Simon Taquet le décembre 7, 2018 | Maj le décembre 7, 2018

Les données personnelles des utilisateurs de Facebook sont la marchandise avec laquelle Mark Zuckerberg commercialise son réseau social populaire, en 2004. Comme le disent généralement les experts, “quand quelque chose sur Internet est gratuit, le produit c’est vous”.

Le créateur du plus grand réseau social a en sa possession les informations des plus de 2.240 millions d’utilisateurs que Facebook a. Et que, même si beaucoup ne l’ont pas cru, Zuckerberg a profité de toutes ces informations pendant de nombreuses années, même si ce n’est qu’en 2018, avec l’explosion de Cambridge Analytica, où il a tout transcendé.

Now, Facebook ajoute un nouvel épisode à sa longue crise. Selon un document interne publié par Damian Collins, directeur de la commission sur le numérique, la culture, les médias et les sports au Royaume-Uni qui enquête sur Facebook, a révélé comment Zuckerberg a fourni des données d’utilisateur à d’autres entreprises telles que Netflix, Airbnb ou la populaire application de rencontres Badoo entre 2012 et 2015, lorsque Facebook a augmenté plus.

Ces tests montrent différents courriels et autres documents internes à Facebook qui montrent comment le réseau social a favorisé et donné un accès spécial aux données de ses utilisateurs par des entreprises externes. Dans les courriels, comme l’a rapporté “NYT”, il y a des discussions sur l’opportunité de permettre aux développeurs d’applications qui ont payé pour faire de la publicité sur Facebook un meilleur accès aux données personnelles des utilisateurs. Il ya aussi des preuves de la façon dont Zuckerberg voulait fermer complètement l’accès à d’autres entreprises qui étaient des concurrents directs.

Facebook se défend

Collins obtenu les documents, selon Reuters, de Six4Three, une application de développement actuellement dans une bataille juridique contre Facebook. En fait, il n’a pas été facile de les publier. Depuis plus d’une semaine, il y a eu de nombreux litiges parce qu’ils font partie d’un processus juridique entre un développeur d’applications et Facebook, ce qui n’a rien à voir avec l’enquête parlementaire qui a lieu au Royaume-Uni. En fait, un juge californien voulait qu’elles soient confidentielles jusqu’à ce que la poursuite soit résolue.

L’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg s’est défendue en assurant que les documents font partie d’une poursuite “non fondée”. La preuve, disent-ils, ” ne montre qu’une partie de l’histoire et le fait d’une manière très trompeuse parce qu’il n’y a pas de contexte supplémentaire.

“Comme toute entreprise, nous avons eu beaucoup de conversations internes sur les moyens de construire un modèle d’entreprise durable pour notre plate-forme,” a déclaré Facebook. “Mais les faits sont clairs : nous n’avons jamais vendu de données utilisateur “, conclut-il.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *