Etudier en France sera dix fois plus cher pour les non-Européens

Publié par Jerome le novembre 27, 2018 | Maj le novembre 27, 2018

Le gouvernement français a décidé d’augmenter significativement les frais de scolarité des étudiants non européens à partir de 2019. Selon l’exécutif, cette mesure vise à rendre la France plus attrayante pour les étudiants. La France va augmenter les frais de scolarité des étudiants non européens, a annoncé le Premier ministre français Edouard Philippe.

Pourquoi la France est si cher ?

L’augmentation des inscriptions servira à financer des bourses d’études et à améliorer les conditions d’accueil des étudiants, a déclaré le Premier ministre qui a présenté un plan pour améliorer l'”attractivité” internationale des universités françaises.

La France est la première destination non anglophone et la quatrième au monde pour les étudiants étrangers. Ces dernières années, il a perdu un poste, au profit de l’Australie. Malgré une augmentation depuis 2016, le nombre d’étudiants étrangers a diminué de 8% entre 2010 et 2015. “Nous pouvons faire beaucoup mieux”, a déclaré Edouard Philippe lors de la présentation de la stratégie “Bienvenue en France”.

Avec ce plan, le gouvernement français vise à augmenter le nombre d’étudiants étrangers et prévoit d’en accueillir 500 000 en 2027, contre un peu plus de 300 000 aujourd’hui.

A cette fin, le gouvernement prévoit de créer un fonds doté de 10 millions d’euros en 2019 pour l’accueil des étudiants étrangers et un autre fonds de 5 millions d’euros, puis 20 millions d’euros pour le développement des campus français à l’étranger.

Une année d’études de premier cycle passera de 170 à 3.770 euros

Mais la principale mesure, qui préoccupe les associations étudiantes, est l’augmentation des inscriptions d’étudiants universitaires non européens, afin de financer davantage de bourses.

Actuellement, ces étudiants, estimés à environ 100 000, paient le même montant que les étudiants français : 170 euros (environ 195 dollars) par an pour une licence, 243 euros pour une maîtrise et 380 euros pour un doctorat.

Dès le début de l’année académique 2019, ils devront payer 2 770 euros par an pour une licence et 3 770 euros pour une maîtrise et un doctorat, selon le gouvernement, ce qui équivaut à “un tiers du coût réel” d’un étudiant étranger pour les finances publiques.

Parallèlement, 14 000 bourses d’études seront créées pour les étudiants qui seront dispensés de payer les frais de scolarité, principalement pour les jeunes des pays en développement.

Les étudiants de l’Espace Economique Européen continueront à payer le même montant qu’un étudiant français, selon les règles européennes.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *