Etre mineur de bitcoin est moins rentable que jamais : certaines personnes déconnectent leurs machines et les recyclent.

Publié par emma le janvier 16, 2019 | Maj le janvier 16, 2019

La baisse drastique de la valeur du bitcoin affecte non seulement les investisseurs, mais aussi les mineurs. C’est particulièrement le cas en Chine, où le faible coût de l’électricité a permis à cette activité de se poursuivre avec des bénéfices.

Le changement autour du Bitcoin

Cette réalité a changé avec les récentes baisses de valeur de cette monnaie et d’autres monnaies cryptographiques, et les vidéos commencent à être partagées dans lesquelles il semble que les grands centres miniers de bitcoin déconnectent des centaines de machines spécialisées pour réduire la consommation énergétique et essayer d’atteindre un équilibre des coûts et avantages qui est maintenant plus difficile que jamais.

L’histoire est racontée par Dovey Wan, co-fondateur de Primitive Ventures, qui explique comment, dans certains centres miniers de bitcoin, ils retirent une partie de leurs machines à bitcoin pour éviter de plus grands maux. Selon lui,  de nombreux mineurs exploitent leurs mines à perte au prix actuel, et il est maintenant plus économique de les débrancher et de les retirer du rack pour réduire les coûts d’électricité et les dépenses d’exploitation.

La situation touche les mineurs

La situation touche principalement les mineurs qui ne disposent pas de leurs propres machines et installations et qui dépendent d’autres personnes pour les garder, mais la situation est problématique pour les deux.

Des machines comme l’Antminer S9 (photo de couverture) sont vendues sur le marché de l’occasion pour être recyclées, et aux taux actuels de difficulté d’extraction et de production, il est préférable de les éteindre si le prix atteint 3 800 $, un chiffre qui ne semble pas très loin puisque la valeur d’une CTB est actuellement légèrement supérieure à 4 600 $, d’après CoinMarketCap.

Le coût de l’électricité n’aide pas non plus : en Chine, c’est la saison sèche, ce qui signifie que les centrales hydroélectriques ne produisent plus d’électricité aussi bon marché. Certains propriétaires de grands centres miniers disent qu’ils fonctionnent à perte depuis trois mois, explique-t-il, et la situation ne semble pas facile dans un marché qui a peu à voir avec l’optimisme d’il y a un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *