L’année dernière, 39.773 personnes sont mortes des armes à feu aux États-Unis, le nombre le plus élevé depuis quatre décennies, selon le Center for Disease Control and Prevention, l’agence de santé du gouvernement américain. La majorité de ces décès, soit 23 854, sont des suicides, mais 14 542 autres sont des homicides.

Le problème croissant aux Etats-Unis

Un problème croissant aux États-Unis est celui des massacres comme celui qui s’est produit en octobre 2017 à Las Vegas, lorsque Stephen Paddock a amassé un arsenal dans son hôtel et a tiré dans une foule assistant à un concert. 58 personnes sont mortes et 581 ont été blessées. L’auteur s’est suicidé.

L’ancienne députée démocrate Gabby Giffords, qui a failli mourir dans une fusillade en Arizona en 2011, a dénoncé hier la passivité du gouvernement. Il est tout à fait inacceptable que le nombre de décès par balle continue d’augmenter alors qu’à Washington, les politiciens refusent de débattre de mesures qui permettraient de sauver des vies.

Un des pays ayant la législation la plus laxiste

Les États-Unis sont l’un des pays ayant la législation la plus laxiste en matière d’achat et de possession d’armes à feu. Avec le Mexique et le Guatemala, c’est l’un des trois pays qui incluent le droit de porter les armes dans leur Constitution. Les règlements varient d’un État à l’autre, mais dans la plupart d’entre eux, il est relativement facile d’acquérir des pistolets et même des fusils d’assaut.

En deux décennies, plus de 10 000 personnes sont mortes à cause d’armes à feu aux États-Unis. Le chiffre actuel est seulement comparable à celui de 1979, lorsque le gouvernement a commencé à recueillir et à déposer les chiffres relatifs à leurs décès.

Le principal groupe qui s’est fait l’écho des armes, la National Rifle Association, dans un message sur Twitter, indique que cette solution ne contrôle plus la possession de fusils. Si nous voulons prévenir plus de violence, nos dirigeants doivent cesser de diaboliser la National Rifle Association et chercher d’autres solutions, dit-il.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici