Les États-Unis rendront hommage à l’ancien président George H.W. Bush

Publié par Simon Taquet le décembre 2, 2018 | Maj le décembre 3, 2018

Bush (Milton, Massachusetts, 1924), président numéro 41 et père du président numéro 43, est mort vendredi soir chez lui à Houston, à 94 ans. Il souffrait de la maladie de Parkinson depuis des années et était confiné dans un fauteuil roulant avec lequel il a voyagé autour du monde jusqu’à la mort de son épouse, Barbara, en avril. C’était un homme à l’esprit aventureux et jusqu’à l’âge de 90 ans, il célébrait la plupart de ses anniversaires en parachute d’avion.

Son fils, George, également ancien président, a annoncé la mort dans un communiqué : “George H. W. Bush était un homme de grand caractère et le meilleur père qu’un fils ou une fille pouvait avoir. Il laisse, en plus de George, quatre autres enfants, dont Jeb, qui était gouverneur de Floride et qui a rivalisé avec Donald Trump pour l’investiture républicaine aux élections de 2016.

Le président actuel, qui dans le passé n’a pas fui la controverse, même avec ceux qui viennent de mourir, a cette fois choisi la gratitude et la reconnaissance. En plus de l’abaissement des drapeaux, le 5 décembre sera un jour de deuil national dans tout le pays. Les vieilles querelles entre Bush et Trump, qui ont déclaré hier au sommet du G-20 en Argentine que ” les réalisations de Bush ont été grandes du début à la fin “, restent suspendues pour l’instant.

Tout le monde, absolument tous les dirigeants politiques hier avaient des mots d’affection envers un homme d’État qui était connu pour sa retenue et sa bonne réputation. Barack Obama l’a congédié comme “un patriote et un humble serviteur de l’Amérique. Jimmy Carter a déclaré que son gouvernement se caractérisait par “sa générosité, sa civilité et sa conscience sociale”.

Celui qui a montré le plus d’affection, cependant, a été Bill Clinton, qui a succédé à Bush Sr. à la Maison Blanche en 1993 et qui depuis le transfert du pouvoir a professé une gratitude éternelle : “Je suis profondément reconnaissant pour chaque minute passée avec le président Bush et je serai toujours considérer notre amitié comme un des plus grands cadeaux que la vie m’ait jamais donné.

Dix jours de cérémonie

Le dernier président à mourir fut Gerald Ford en 2006. Comme à cette occasion, Bush père recevra des funérailles d’État, pour lesquelles il n’y a toujours pas de date : il y aura une veillée au Capitole et une messe à la cathédrale nationale de Washington. Bush était un protestant, comme un enfant, il a été élevé dans la foi épiscopale et ces dernières années, il s’est converti à l’évangélisation. Il sera ensuite enterré dans sa bibliothèque présidentielle à College Station, au Texas. Au total, ces cérémonies peuvent durer entre sept et 10 jours.

Les funérailles seront assistées par Trump, qui n’a pas assisté aux funérailles de Barbara Bush en avril, qui a été assisté par Obama, Clinton et leurs femmes respectives. Le président actuel n’a pas été invité le 1er septembre aux funérailles du sénateur républicain John McCain, avec qui il était en inimitié.

La vérité est que Bush était le contraire de Trump dans le Parti républicain : un homme d’État, centriste, modéré, capable de comprendre républicains et démocrates, un homme politique versé sur Capitol Hill, qui était ambassadeur à l’ONU, directeur de la CIA et vice président. Malgré sa brièveté – il n’a gouverné qu’entre 1989 et 1993 – son gouvernement était d’une importance capitale pour l’histoire des États-Unis : il a donné naissance, comme il l’a dit dans un discours célèbre devant le Capitole, à un “nouvel ordre mondial”. Pendant ces quatre années, le mur de Berlin est tombé, le rideau de fer s’est effondré et l’URSS s’est désintégrée. Les États-Unis sont restés la seule puissance mondiale, et le poids qui en a résulté est tombé sur les épaules de Bush.

Sa détermination a été mise à l’épreuve en août 1990 : le dictateur irakien Saddam Hussein a envahi le Koweït et forcé une hausse du prix du pétrole. En cinq mois, Bush a formé une coalition militaire de 35 pays qui a libéré le Koweït en seulement 100 heures, l’opération Tempête du désert. Bush se trouvait alors confronté à un dilemme qui aurait plus tard des conséquences décisives pour les Etats-Unis : doit-il suivre Hussein à Bagdad et forcer un changement de régime ? Il a choisi de ne pas le faire. Son fils, dix ans plus tard, terminera la mission, sous prétexte d’armes de destruction massive.

Bush est le dernier président républicain modéré en matière d’affaires sociales et de politique fiscale. Sa femme a soutenu l’avortement, ce qui a failli lui coûter sa nomination à la Convention républicaine de 1996. Il n’a jamais eu de bonnes relations avec les groupes chrétiens évangéliques qui ont forgé une alliance avec son fils et l’ont élevé à la présidence en 2000. Bien qu’il ait promis de ne pas augmenter les impôts, il a fini par le faire pour traverser une récession. Il est curieux que de tous les présidents avec lesquels Bush a coïncidé dans la vie, avec lesquels il a eu les relations les plus froides, c’est avec Ronald Reagan, dont il était vice-président et qui lui a succédé à la Maison Blanche. Les deux avaient concouru pour la nomination en 1980 et scellé une alliance de convenance, qui n’est jamais devenue amitié.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *