Essayons Xiaomi Mi 8 Lite : un mobile pour ceux qui ne veulent pas être ruinés.

Publié par Simon Taquet le novembre 25, 2018 | Maj le novembre 26, 2018

ANALYSE

Le marché de la téléphonie mobile est très diversifié, mais certaines marques telles que Xiaomi ont profondément modifié le métier. Son secret : une formule qui mélange prix pour toutes les poches et performance au-dessus de ses concurrents. Ce n’est pas une stratégie inventée par la firme chinoise, mais le jeu se déroule bien à l’échelle mondiale. Également en Espagne, où, soit dit en passant, elle vient de fêter officiellement sa première année.

Le résultat de ce pari est le label “Lite” qui accompagne certaines de ses propositions. L’inertie ou l’habitude conduit à penser qu’il s’agit d’un mobile de mauvaise qualité. Dans ce cas, le Xiaomi Mi 8 Lite est assez différent. Parce que le modèle à partir duquel je partirais théoriquement, le Mi 8, est un peu plus petit et d’une beauté différente. D’une esthétique élégante et raffinée, il pourrait aller à l’œil nu à travers n’importe quel vaisseau amiral, mais il est en partie grâce à ses spécifications, moins révolutionnaire que les autres modèles avec un arbre plus large.

Mais il fait parfaitement son travail. Fonctionne de manière fiable malgré le moteur Snapdragon 660 de Qualcomm. Sans être le meilleur en puissance brute, sa performance surprend. Et plus encore pour son disque RAM de 4 Go, qui lui confère une grande fluidité dans son utilisation quotidienne. Ouvrir des applications, les tracer, naviguer et effectuer tout type de tâches est résolu avec compétence.

Esthétiquement, il est conçu par un cadre qui mélange métal et verre. Il dispose d’un écran de 6,26 pouces qui, à première vue, peut provoquer le rejet par de nombreux consommateurs. Mais compte tenu de son rapport d’aspect et de la rareté de ses arêtes, il n’est pas excessivement grand. Au contraire, il se manipule très bien d’une seule main car il est très compact. Le fait qu’il ne soit pas trop lourd (169 grammes) marque également des points.

Sa résolution de 2 280 x 1 080 pixels est normale. Il tend, bien sûr, à renforcer les cibles, mais n’importe qui pourrait manquer une puce NFC pour effectuer des paiements mobiles, préfèrent un panneau OLED tels que ceux qui sont si à la mode ou, pourquoi pas le dire, qui a la prise casque d’écoute. Il est vrai que cette prise de 3,5 mm est en train de disparaître du marché, mais pour de nombreux utilisateurs, c’est toujours une nécessité. Il vient, cependant, avec le port USB-C, qui est déjà un standard de l’industrie.

Le terminal est basé sur 64 Go de stockage, ce qui n’est pas une petite quantité, mais aujourd’hui est presque insuffisante. Il est cependant possible de trouver une configuration qui atteint jusqu’à 128 Go et 6 Go de RAM, qui sont déjà des mots clés. Sa section photographique est également très équilibrée, mais elle ne se situe pas au niveau des principaux fleurons, c’est-à-dire au niveau des grands navires amiral. Il est composé d’une double lentille arrière de 12 mégapixels et de 5 mégapixels qui récupèrent très bien les images. Il permet de capturer des images avec un effet portrait – brouillant l’arrière-plan – mais son résultat présente quelques doutes en raison de son système de mise au point et d’ajustement de la silhouette.

 

Certaines scènes sont, au contraire, améliorées par des algorithmes “d’apprentissage automatique”, technologie actuellement présente dans les téléphones mobiles les plus avancés du marché. Aujourd’hui, Xiaomi a voulu apporter cette expérience à ce terminal à prix contenu. Il a un système HDR, bien que régissant ses critères est une loterie ; il va à son propre rythme et tend à écraser certaines couleurs.

La caméra avant est autre chose ; il a un capteur 24 mégapixels avec technologie superpixel qui agrandit les pixels pour capturer plus de lumière. Le résultat, accompagné d’un système de détection de scène et d’un flou d’Intelligence Artificielle, permet au smartphone de briller dans un domaine où l’intérêt pour le secteur ne cesse de croître. Le capteur d’empreintes digitales, situé au centre arrière, est la principale méthode de déverrouillage. Sa batterie, bien que décente, laisse quelques chagrins. Il a une batterie de 3 350 mAh et peut très bien supporter une journée complète, bien qu’il semble parfois avoir été épuisé trop facilement, mais cela dépend de l’utilisation de chacun.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *