Le lundi, les corps des filles, un norvégien et l’autre danois, ont été retrouvés par des touristes et des guides de montagne près de Imil, une ville connue pour son appel aux voyageurs. Un des corps avait été décapité. Hier, trois jours plus tard, Mustafa Jalfi, le porte-parole du gouvernement, a admis qu’il s’agissait d’un acte “terroriste”, en rupture avec les précautions qui avaient été prises jusqu’alors, par crainte des dommages que le meurtre peut causer à l’économie du Maroc, où le tourisme représente 11% du PIB. Pour sa part, le journal Bladi a fait état, dans son édition numérique, de l’arrestation de trois individus, tous présumés responsables du crime, et a cité un communiqué du Bureau central des enquêtes judiciaires (BOCI) sur le sujet :  Les suspects ont été arrêtés à Marrakech et font actuellement l’objet d’une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent pour déterminer les circonstances de cet acte criminel, révéler leurs motifs et également le mobile du terrorisme pour ce crime.

D’autres informations sur le meurtre terroriste

D’autres informations tirées du même journal ont donné des détails sur l’arrestation et la biographie des suspects. Apparemment, les quatre hommes, le premier arrêté lundi et les trois autres hier, à Marrakech, alors qu’ils tentaient de s’échapper, vivaient dans la ville et étaient connus pour leurs idées extrémistes. Tous avaient des emplois précaires, avec des emplois tels que vendeur de rue et menuisier.

Meurtre enregistré par Daesh

Suite à une pratique très courante dans les meurtres de Daesh, les terroristes auraient filmé la mort des filles, ou au moins une d’entre elles. Selon Le Monde, le service de renseignement danois (PET) l’a expliqué hier. Le journal français a affirmé avoir consulté une vidéo enregistrant le meurtre de l’une des filles, qui s’est fait trancher la gorge. A cet égard, le directeur de la Direction générale de la sécurité nationale, une force de police marocaine, a qualifié : Les enquêtes se poursuivent pour authentifier une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, qui montre le meurtre de l’un des deux touristes. Cet acte terroriste est le premier au Maroc depuis 2011, année où 17 personnes, pour la plupart des touristes, sont mortes après l’explosion d’une bombe dans une cafétéria de Marrakech.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici