Enquête sur plusieurs ovnis aperçus par des pilotes sur la côte irlandaise

Publié par Jerome le novembre 14, 2018 | Maj le novembre 14, 2018

À 6 h 47, heure locale, vendredi dernier, le 9 novembre, un pilote de British Airways, qui couvrait la route Montréal-Heathrow, a communiqué avec le contrôle de la circulation aérienne de l’aéroport de Shannon (sur la côte est de l’Irlande) pour savoir s’il y avait des exercices militaires dans cette région. Du sol, ils lui confirmèrent qu’à ce moment-là, il n’y avait pas de tels mouvements. “Il y a quelque chose qui bouge très vite “, dit le pilote, qui parle aussi d’un ” feu très lumineux ” et que l’objet a remonté le côté gauche de l’avion juste avant de ” tourner rapidement vers le nord “. Selon sa perception, il ne semblait pas chercher une collision avec un avion.

Peu de temps après, un autre pilote de la compagnie Virgin prétendait aussi avoir vu ce qu’il croyait être un météore ou quelque chose rentrant dans l’atmosphère terrestre, mais il avait vu “plusieurs objets suivant le même type de trajectoire”, également très lumineux. “Sa vitesse était astronomique, comme celle d’un Mach 2, dit-il. Face à de telles allégations, l’Irish Aviation Authority (IAA) a ouvert une enquête pour savoir ce qui a pu se passer, rapporte la BBC.

“Après les rapports de plusieurs aéronefs qui, le 9 novembre dernier, ont connu des activités inhabituelles dans la région, l’AAI a lancé un rapport qui sera terminé dans le cadre du processus normal d’enquête confidentielle sur les événements “, a confirmé l’autorité compétente.

De très grandes étoiles filantes

Apostolos Christou, astronome à l’Observatoire Armagh en Irlande du Nord, a expliqué à la BBC qu’à son avis, les pilotes ont vu de la poussière pénétrer dans l’atmosphère terrestre à très grande vitesse. “Il est fort probable qu’il s’agissait de ce que nous appelons communément des étoiles filantes “, dit Christou. Sa brillance intense peut être due au fait qu’il s’agit d’un matériau assez gros. Je n’ai pas vu ce qu’ils ont fait, mais je pense qu’ils auraient pu avoir la taille d’une noix ou d’une pomme.

En fait, l’astronome fait remarquer que ce ne serait pas quelque chose d’étrange, puisque novembre est un mois de forte activité de ce type de phénomènes. “Il semble qu’il y avait des fragments qui sortaient de l’objet, ce qui serait normal si c’était une roche particulièrement grosse qui frapperait l’atmosphère et aurait tendance à se fragmenter.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *