Emmanuel Macron qualifie la disparition de Jamal Khashoggi de “très grave”.

Publié par Jerome le octobre 14, 2018 | Maj le octobre 14, 2018

Le président de la République a parlé pour la première fois à France 24 du cas du journaliste Jamal Khashoggi, disparu au consulat saoudien d’Istanbul. Macron juge l’affaire très “troublante” et espère “que la vérité et la clarté” vont émerger. C’est pourquoi, “dans les prochains jours”, il rencontrera le Président de la Turquie, le Prince héritier et le Roi d’Arabie Saoudite.
Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec les journalistes Marc Perelman de France 24 et Christophe Boisbouvier de RFI (Radio France International) lors du 17e Sommet de la Francophonie à Erevan, Arménie.

Un journaliste toujours disparu

“Nous avons vu à ce sommet une francophonie de conquête, a dit le président, qui se réjouit de la nomination de la Rwandaise Louise Mushikiwabo au poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie comme visage de l’actuelle Francophonie “. Une francophonie qui, pour Macron, “fait face à plusieurs problèmes : la jeunesse, une éducation qui lutte contre l’obscurantisme et le multilinguisme”.

Après avoir évoqué l’affaire Khashoggi et les relations futures avec l’Arabie saoudite (notamment dans le domaine de l’armement), le président a rappelé que pour la France ” la politique prime sur les intérêts commerciaux ” et que, de toute façon, le pays saoudien ” n’est pas un gros client pour la France “. Dans cette ligne, il a garanti que le pays français ” ne fait pas partie des fournisseurs de l’Arabie Saoudite dans le conflit au Yémen “.

Sur la crise de l’accord nucléaire iranien, Emmanuel Macron a déclaré qu'” il serait inefficace de sortir de l’accord de 2015 et qu’il comporte un risque de désordre dans la région “.

Enfin, dans le domaine des affaires intérieures, le président français a refusé d’annoncer une date sur le remaniement ministériel de son gouvernement, parce qu’il veut “faire les choses avec méthode, à un bon rythme”. “Le gouvernement y travaille. Aucun poste n’est vacant. Les choses avancent “, a-t-il dit.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *