Les élections régionales en Allemagne : un test décisif pour le gouvernement de Mme Merkel

Publié par Jerome le octobre 27, 2018 | Maj le octobre 27, 2018

La chancelière allemande Angela Merkel a pris au sérieux les élections régionales qui se tiendront en Hesse afin d’éviter un résultat qui pourrait compromettre sa continuité au sein du gouvernement allemand. Les élections du dimanche 28 octobre dans la région de Hesse sont devenues un véritable test pour le gouvernement fédéral dirigé par Angela Merkel. A tel point que le chancelier est pleinement engagé dans la campagne.

Angela Merkel va t’elle s’en sortir ?

L’objectif ultime est un résultat supérieur à 30% pour son parti, la Christian Democratic Union (CDU), et ainsi pouvoir continuer avec la coalition actuelle entre démocrates-chrétiens et verts. Le minimum : éviter que la CDU ne perde la première place et ne génère ainsi une débâcle à grande échelle.

Les enquêtes brossent un tableau qui se répète dans toute l’Allemagne : les grands partis (CDU et SPD) à leurs plus bas niveaux et les forces minoritaires, vertes et d’extrême droite, gagnent du terrain. Ce n’est pas un hasard si ceux qui tombent sont les partis qui forment la grande coalition au niveau fédéral et qui gouvernent l’Allemagne depuis 2013. Pour diverses raisons, l’acceptation s’est effondrée : l’Infratest dimap institute indique que trois Allemands sur quatre sont mécontents du gouvernement Merkel.

Dans ce contexte, les Verts s’apprêtent à porter un nouveau coup. Avec une intention de vote qui varie entre 20% et 22%, ils sont en mesure de discuter du leadership du gouvernement régional. Les enquêtes permettent d’élaborer trois scénarios possibles. Le premier, déjà mentionné, est la continuité, mais avec un Parti Vert beaucoup plus fort puisqu’il doublerait son flux électoral.

Le deuxième scénario est moins probable mais pas impossible. C’est l’occasion pour les Verts de décider de tourner le dos à la CDU et de former une gauche tripartite avec les sociaux-démocrates (SPD) et la gauche (die Linke). Si cela devait se produire, le tremblement de terre politique atteindrait Berlin et la continuité du gouvernement de Mme Merkel serait sérieusement mise en doute.

Cependant, cette alliance de gauche est une construction très complexe. Cela dépend de l’intérêt du SPD à accepter d’être sous les Verts et de ne pas être tenté de former une nouvelle grande coalition avec les démocrates chrétiens. Il convient également de mentionner que le Parti Vert, en particulier dans le sud de l’Allemagne, n’est pas une formation avec un programme purement de gauche. Cela pourrait conduire à des difficultés pour être d’accord avec Die Linke.

La CDU et le SPD sont soumis à un essai au feu

Le troisième scénario est à quelques points de pourcentage près. C’est un triomphe pour les écologistes. Le parti vert a besoin d’environ 150 000 voix de plus pour battre la CDU. S’il le faisait, il serait en mesure de choisir avec qui gouverner. Les conséquences seraient énormes.

Cette possibilité aggraverait la crise qui a commencé après les élections en Bavière. Là-bas, le CSU, le parti frère de la CDU, a perdu un quart de son flux électoral. Sans parler de ce que cela signifierait pour le SPD, qui a également souffert en Bavière en perdant la moitié de son électorat. En d’autres termes, la grande coalition de Berlin serait sur le point de disparaître.

Le CDU et le SPD sont tous deux soumis à un essai au feu. Non seulement ils mettent en péril la continuité du gouvernement fédéral, mais ils amorceraient inévitablement un processus de renouvellement interne. Un processus qui aurait dû avoir lieu après les élections fédérales il y a un an, mais qui a été reporté par la direction des partis respectifs. Raison de plus pour comprendre que la portée des élections en Hesse dépasse largement les limites de la région.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *