La consommation de télévision payante

aux États-Unis a chuté de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie. Selon Nielsen, qui vient de publier son rapport d’audience du deuxième trimestre, les téléspectateurs passent 19% moins de temps à regarder la télévision à péage traditionnelle.

Un Américain investit 27 heures de moins par mois qu’en 2010 devant la télévision payante.

C’est ce qu’illustre Matthew Ball, analyste de l’industrie de la télévision et ancien responsable de la stratégie chez Amazon, dans un graphique qui montre cette évolution, par tranche d’âge : en moyenne, un Américain investit 27 heures de moins par mois qu’en 2010 devant la télévision payante.

L’intéressant est aussi de voir comment se produit un changement générationnel assez significatif : seuls ceux de 50 ans ou plus restent à bord d’un navire qui semble s’enfonce dans le public. Quelque chose qui, en fait, est une consolation parce que ce sont eux qui dépensent le plus, c’est-à-dire qu’ils sont une bonne cible pour les annonceurs.

Dès que nous descendons au groupe d’âge suivant (de 35 à 49 ans) la pente est déjà prononcée (-23%) ; et que dire des jeunes, dont la consommation a diminué de moitié par mois qu’il y a huit ans.

La montée en puissance des plateformes de streaming

Une chute qui répond à la montée en puissance des plateformes de streaming (Netflix, par exemple) et menace directement le status quo de l’industrie télévisuelle la plus importante au monde. Je ne dis pas que la télévision par câble va disparaître, mais je dis que le public s’allume de moins en moins pour voir ce qu’il y a à l’antenne.

Il faut dire qu’en raison de la complexité et de l’extension du pays, la télévision par câble (principal mode de paiement) est pratiquement omniprésente aux États-Unis puisque, selon les sites, la couverture antenne est nulle. Dans l’écosystème espagnol de la télévision payante, nous constatons que le nombre d’abonnés a augmenté, du moins jusqu’au premier trimestre de cette année, grâce aux offres tout-en-un des principaux opérateurs. Il en résulte qu’il y a environ six millions d’abonnés à la télévision payante.

La pénétration des OTTs en Espagne

La pénétration des OTTs en Espagne est encore négligeable par rapport à la télévision traditionnelle. Selon le dernier rapport mensuel de Barlovento, correspondant à novembre 2018, ils représentent une part d’écran de 0,8% entre tous les systèmes de distribution (environ 3% si l’on ne compte que le paiement).

Données qui ne semblent pas correspondre à celles offertes par CNMC dans son dernier panel de ménages, ce qui garantit que 1 ménage espagnol sur 3 ayant accès à Internet utilise des plateformes de paiement pour visualiser du contenu en ligne (même si elles comprennent les services IPTV comme Vodafone Online). De plus, nous pensons que Netflix compte deux millions de foyers abonnés à son service.

La consommation de télévision, en minutes, a généralement eu une tendance à la baisse, mais pas aussi grave que Matthew Bell semble l’indiquer aux États-Unis. Ou, du moins, selon les paramètres du Cadre général de l’IACM entre 2010 et 2017, cette diminution n’est que de douze minutes par jour (six heures par mois). Bien que la télévision semble être en bonne santé en Espagne et que nous ayons un panorama audiovisuel différent (c’est maintenant que la maturité arrive dans notre pays), il n’est pas mal de se rappeler que “quand la barbe de votre voisin regarde le mois…”.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici