Les douze animaux les plus venimeux de la planète

Publié par Jerome le novembre 25, 2018 | Maj le novembre 25, 2018

Dans les années 1950, lorsque les smartphones ou même Internet n’existaient pas encore, dans les forêts de Wexford, en Angleterre, le directeur général de la distillerie Guinness, Sir Hugh Beaver, a eu une discussion animée sur le plus rapide des oiseaux de chasse. L’intérêt était tel qu’après le raid, ils ont cherché la réponse à travers différents canaux et bibliothèques, mais n’ont trouvé aucun livre qui pourrait leur offrir la solution.

Time plus tard, Sir Hugh cherchait une idée pour promouvoir sa bière et il est venu à lui d’utiliser cette anecdote, qui se développe habituellement dans les bars, pour créer une œuvre à aller dans ce type de situations. C’est ainsi qu’est né le Guinness Guide to Records en 1954, qui recueille les faits et les données les plus importants, les plus surprenants et les plus incroyables qui se produisent chaque année pour l’humanité, y compris les phénomènes naturels sur la planète Terre et au-delà de ses frontières (même hors de notre galaxie).

Parmi les catégories préférées, le monde animal est généralement l’une des préférées des lecteurs et, comme d’habitude, le Guinness World Records 2019 (Planète) rassemble les espèces les plus toxiques connues des humains, allant des serpents et araignées aux rares oiseaux exotiques. Venez voir les animaux les plus dangereux qui vivent avec les humains sur la planète Terre.

Arachnides

Seule une dose de 0,2 mg/kg de venin d’araignée de Sydney ( Atrax robusteus ) est mortelle pour les humains. Comme son nom l’indique, il est originaire d’Australie et vit dans des habitats humides, sous les troncs ou le feuillage, ainsi que dans les jardins. La femelle est beaucoup moins dangereuse que son partenaire.

Quant au scorpion le plus venimeux, la queue épaisse ( Androctonus australis ) est attribuée avec 80% des morsures et 90% des décès par attaque scorpion en Afrique. Grand arachnide (qui peut atteindre jusqu’à 10 centimètres de long et 15 grammes de poids), le plus remarquable est sa queue, qui contrairement aux autres scorpions, ne se rétrécit pas.

Escolopendras

Le scolopendra chinois agressif à tête rouge ( Scolopendra subspinipes mutilans ) a un corps blindé, aplati et allongé qui peut avoir jusqu’à 300 jambes. Il est terriblement rapide et agressif, et s’attaque généralement à tous les êtres vivants qui se trouvent sur son chemin. Mais la chose la plus terrible à propos de cet insecte est sa capacité à inoculer la puissante “toxine effrayante Ssm”, qui pour le cœur des grillons, vers, escargots, crapauds, petits lézards et serpents ou même des rats, des souris et des chauves-souris, car il a la capacité de tuer des animaux jusqu’à 15 fois plus grands que lui.

Méduses

Avec un poison capable de tuer 60 personnes, la guêpe de mer ou méduse ( C. fleckeri ) qui vit sur les côtes d’Australie tue au moins une personne par an. Les symptômes après le picaudra de cette méduse frappante et mortelle incluent vomissements, nausées, diarrhée, frissons, sueurs et douleurs généralisées.

Lézards

Le monstre Gila ( Heloderma suspectum ), qui vit au sud-ouest des États-Unis et au nord-ouest du Mexique, est le lézard le plus toxique dans le monde. Son venin injecté par voie intraveineuse chez la souris a la même toxicité que le cobra crachoir de Sumatra. En fait, la dose moyenne de son venin est capable de tuer 50% des animaux de laboratoire. Cependant, il n’injecte pas le venin, mais le filtre plutôt dans la plaie en mordant la victime. Peu de gens sont morts de leur morsure, car peu de venin traverse la plaie.

Le dragon de Komodo ( Varanus komodoensis ) est le plus grand de son espèce, comme pour les grands lézards toxiques. En 2009, on a découvert qu’il avait deux glandes dans la mâchoire inférieure qui sécrètent un venin composé de plusieurs protéines toxiques. En moyenne, il mesure environ 2,59 mètres et pèse entre 80 et 90 kilos.

Serpents

En une seule attaque, le taipan intérieur ( Oxyuranus microlepidotus ) peut inoculer du poison et tuer 50 adultes en 45 minutes pour son effet neurotoxique. Dans le plan aquatique, cependant, la reine toxique est la couleuvre Dubois ( Aipysurus duboisii ), qui habite souvent les eaux peu profondes des récifs coralliens de Papouasie Nouvelle-Guinée, de Nouvelle-Calédonie et des zones côtières de l’Australie.

Oiseaux

L’un des rares oiseaux venimeux connus vit en Papouasie-Nouvelle-Guinée : le pitohuí avec hotte ( Pitohui dichrous ). Bien qu’elle soit connue depuis longtemps, c’est en 1990 que les scientifiques ont découvert que leur peau et leurs plumes contiennent la neurotoxine appelée homobatracotoxine, qui provoque la douleur par simple contact. Cet oiseau se nourrit de poison, principalement du coléoptère lui-même, ce qui rend aussi les grenouilles de Colombie toxiques.

Il existe plusieurs sous-espèces, mais la coloration est liée au danger : plus il y a de colorant, plus le poison est important. Les tribus locales l’appellent “l’oiseau poubelle” parce qu’elles ne peuvent pas le manger.

Poisson

The Horrid Synanceia , une espèce de poisson pierre qui vit dans les eaux tropicales du Pacifique et des Indiens est la pex qui a le plus de glandes toxiques : 25 microgrammes de son venin seulement peuvent tuer un adulte de 70 kg.

Mais il y a aussi des poissons toxiques en cas d’ingestion, comme le poisson-globe ( Torpedo nobiliano ), qui vit en mer Rouge, en Inde et dans le Pacifique. Vos ovaires, vos ovules, votre sang, votre foie, vos intestins et votre peau contiennent de la tétrodotoxine, une puissante neurotoxine qui bloque les muscles du diaphragme et finit par provoquer une insuffisance respiratoire. Cependant, lorsqu’il est ingéré, ses effets prennent un certain temps à se manifester.

Le mollusque le plus toxique

Avec un neurotoxique mortel après quelques minutes, le poulpe Hapalochlaena maculosa et H. lunulata sont les plus toxiques mollusques. Ces animaux, qui vivent au large des côtes de l’Australie et dans certaines régions de l’Asie du Sud-Est, ont chacun autant de venin pour paralyser dix adultes.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *